Forfait Albarka

Entretien avec M. Boulou Akano, Directeur Général du Centre Nigérien de Promotion Touristique (CNPT) : «Le Tourisme participe au développement socio-économique de notre pays par les revenus qu’il génère et par sa capacité de création d’emplois. Il partici

Boulou Akano Le Niger regorge d’importantes richesses touristiques. Dans presque toutes les régions du pays, on compte plusieurs sites touristiques. C’est pourquoi, le gouvernement a retenu ce secteur parmi ceux qui contribuent au développement socioéconomique du pays. Pour renforcer cette contribution l’Etat a institutionnalisé un service destiné à la promotion du tourisme tant au plan national qu’à l’extérieur du pays. Le tourisme participe aussi au rayonnement du Niger. Malgré cette ambition et ces efforts, le secteur du tourisme fait face à plusieurs défis ces dernières années, dont entre autres le manque de ressources nécessaires pour son développement mais aussi l’insécurité liée aux activités terroristes dans l’espace sahélo saharien. Dans cette interview, le Directeur Général du Centre Nigérien de Promotion Touristique (CNPT) M Boulou Akano évoque la situation dans le secteur.

Monsieur le Directeur pénéral, pouvez-vous présenter brièvement le CNPT ?

Le Centre Nigérien de Promotion Touristique est un établissement Public à caractère Professionnel, chargé de faire connaitre les potentialités touristiques du Niger par tous les moyens d’informations et de publicité, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la république du Niger. Il contribue à la formation des corps des métiers pour l’amélioration de la qualité des prestations et des services touristiques.

Comment se porte le secteur du tourisme au Niger?

Le Tourisme dans sa forme classique fondée sur des circuits touristiques de découverte et d’aventure n’existe pratiquement pas du fait de la psychose sécuritaire liée aux actions des terroristes au Niger et même dans toute la zone sahélo-saharienne. Or cette forme du Tourisme par la durée de séjour des visiteurs et leur mobilité promeut et valorise mieux l’image d’une destination touristique.

Le Niger recèle d’importants sites touristiques dont des sites naturels et ceux créés par l’homme. Les sites naturels résistent à l’épreuve du temps et conservent leur attractivité et ne demandent qu’à être visités tandis que ceux créés par l’homme souffrent du manque d’entretien, d’aménagement et de restauration, faute des moyens.

Le Tourisme est un secteur qui participe au développement économique de notre pays. Combien s’élève cette contribution?

Le Tourisme participe au développement socio-économique de notre pays par les revenus qu’il génère et par sa capacité de création d’emplois. Il participe à concurrence de 7% au PIB. En outre il a un effet d’entrainement sur les autres secteurs de l’économie à savoir les transports, les commerces, l’agriculture et l’artisanat, qu’il aide à vivre. Il contribue dans une large mesure à l’équilibre de la balance des paiements, c’est à dire que les ressources tirées du tourisme permettent dans une certaine mesure de compenser les exportations et les dépenses des Nigériens à l’extérieur. Je dois cependant reconnaitre que la part du tourisme à l’économie nationale est sous-estimée du fait de la faiblesse du système statistique du tourisme et de l’absence de l’outil de mesure économique du tourisme, je veux dire le compte satellite du tourisme.

Existe t-il un tourisme intérieur au Niger et quelle est sa part par rapport au secteur en général?

Il existe un tourisme intérieur au Niger qui est le fait des Nigériens et des résidents étrangers en déplacement dans notre pays. Sa part n’est pas statistiquement évaluée mais elle est non négligeable, même si on doit reconnaitre que le Nigérien quand il se déplace préfère passer son séjour sous le toit d’un ami, un parent ou une connaissance que de séjourner dans un établissement d’hébergement touristique ou para-touristique. Cela est dû à des habitudes sociologiques et des pesanteurs socioculturelles qui disparaitront progressivement. En outre, la plupart des Nigériens n’ont pas des revenus qui leur permettent de séjourner dans les établissements d’hébergement touristique, des efforts doivent être encouragés pour la création des structures d’hébergement adaptées (à faible coût) à cette forme de tourisme.

Votre centre connait quelques difficultés dans l’accomplissement de ses missions. Quelles sont les perspectives en vue de solutionner ces problèmes?

Vous avez parfaitement raison de dire que le Centre Nigérien de Promotion Touristique connait beaucoup de difficultés dans l’accomplissement de sa mission depuis sa création en 1999, du fait de la non allocation dès au départ d’un fonds de promotion touristique. Dans le dispositif qui crée le centre, l’Etat lui a alloué une subvention de fonctionnement, et laissant la responsabilité aux opérateurs privés du secteur les soins de constituer un fonds au profit du Centre à travers des cotisations statutaires pour financer les actions de promotion touristique qui est la principale mission du Centre. Malheureusement ce dispositif a montré ses limites. L’engagement des professionnels du tourisme à financer les actions de promotion de ce secteur n’a pas suivi. Cependant nous ne sommes pas restés les bras croisés. Nous avons développé un argumentaire à l’endroit du gouvernement pour l’installation par l’Etat d’un Fonds de promotion touristique comme c’est le cas dans tous les pays du monde, étant entendu que la promotion est une mission de service public qui incombe donc forcement à l’Etat. Ce plaidoyer a porté ses fruits d’où l’institution d’un Fonds de promotion par l’ordonnance N°2011-16 du 17 Février 2011 qui confère au Centre Nigérien de Promotion Touristique (CNPT) deux tiers (2/3) au moins du Fonds de Développement Touristique (FDT). Malheureusement un problème de gouvernance au niveau du Ministère de tutelle n’a pas permis d’appliquer l’esprit de cette ordonnance en dépit de plusieurs recours exercés par nos soins de 2011 à nos jours. L’espoir est cependant permis, le nouveau ministre en charge du Tourisme M. Ahmed Botto a promis d’appliquer à la lettre l’esprit de l’Ordonnance précitée, qui confère au centre, des ressources lui permettant de remplir la mission qui lui a été assignée. Nous attendons de voir ; la loi des finances 2018 est déterminante pour solutionner le manque des moyens du CNPT par l’application de ladite ordonnance.

Votre structure est chargée d’organiser et de coordonner les activités touristiques au Niger. Comment cela se passe et quelles sont vos relations avec les autres acteurs du secteur, les hôtels, les Agences de voyage…?

Le Centre Nigérien de Promotion Touristique est une sorte d’interface entre les pouvoirs publics et les opérateurs privés du secteur touristique qu’il organise et encadre à l’occasion de certains événements nationaux et internationaux à caractère touristique. Il dispense des sessions de formation dans toutes les branches d’activités touristiques au personnel des unités hôtelières et touristiques. Il organise des éductours (voyages de familiarisation avec les produits touristiques nigériens) à l’intention des Tours Operateurs et de la presse spécialisée du Tourisme ainsi que d’autres leaders d’opinions. Il assiste les professionnels dans la réalisation de leurs supports d’informations et de publicité. Le centre organise également à l’intention des jeunes, des colonies de vacances, des camps d’été en vue de les familiariser avec les réalités socio-économiques de leur pays et celles des pays voisins tout en cultivant chez eux certaines vertus de l’éducation telles que la dynamique du groupe, le respect, la solidarité, etc. Je profite de l’occasion que vous m’offrez pour annoncer au public nigérien que le Centre Nigérien de Promotion Touristique envisage d’organiser du 15 au 28 Aout 2017 un camp d’été à Matamèye, région de Zinder à l’intention des 140 meilleurs élèves du Niger et du Nigeria admis au BEPC session 2017, en vue des échanges interscolaires et la découverte des richesses culturelles et touristiques de cette région de notre pays.

Comment le secteur touristique nigérien évolue-il dans le contexte actuel caractérisé par les menaces sécuritaires au Sahel?

Le Tourisme nigérien évolue quand même, en dépit du contexte caractérisé par les menaces sécuritaires sur l’ensemble du Sahel. Comme je le disais tantôt le tourisme dans sa forme actuelle est mis à rudes épreuves. Cependant nous pouvons nous réjouir du fait que d’autres formes de tourisme comme le tourisme d’affaires et celui des congrès se développent dans notre pays, permettant de compenser largement les effets induits de l’absence du tourisme classique d’aventure et de découverte.

Propos recueillis par Ali Maman(onep)

11 juillet 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview