Interview du Maire de la Commune Urbaine de Tessaoua sur le Programme « Tessaoua Walkiya » : « Aujourd’hui, les travaux sont au stade de rechargement des rues, le nivelage a été fait» déclare M. Aboubacar Sitou

Aboubacar Sitou Tessaoua WalkiyaChose promise, chose due. La population de la commune Urbaine de Tessaoua voit aujourd’hui la concrétisation d’une promesse qui lui a été faite par le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, celle de la concrétisation du «Programme Tessaoua Walkiya ». Dans cet entretien, le maire de la Commune Urbaine de Tessaoua nous parle du contenu de ce programme et des actions déjà en cours.

Monsieur le maire, votre commune connait aujourd’hui l’exécution du programme «Tessaoua Walkiya». Dans quel contexte est né ce programme et quel est son contenu ?

Effectivement nous sommes sur le programme Tessaoua Walkiya, une promesse du Président de la République, Chef de l’Etat SEM Issoufou Mahamadou.

En effet, à l’occasion de sa visite à Tessaoua le 16 janvier 2016, il a été émerveillé par l’accueil qui lui a été réservé. Sur place, il a indiqué que comme Tessaoua est une grande ville ancienne, il souhaiterait faire quelque chose de nouveau à l’image des grandes villes de notre pays qui reçoivent des investissements. Entendre par là, le renouvellement ou la création des infrastructures socio-économiques. C’est ainsi que ce programme a été dénommé «Tessaoua Walkiya». Aujourd’hui cette promesse est en train d’être tenue. Un comité chargé de définir les contours de ce programme a été mis en place et j’ai été désigné Président de ce comité.

Nous sommes parvenus à proposer beaucoup de choses notamment, la réalisation des forages pour renforcer le château d’eau, le bitumage des rues, des lotissements pour doter les services de l’Etat de locaux, l’aménagement des mares (Tessaoua en compte 23). Ces marres selon les saisons hivernales, débordent souvent pour inonder les maisons, mais elles constituent aussi de véritables réservoirs de moustiques qui envahissent la ville et provoquent des pic de paludisme. Il y a maintenant deux (2) mois, une équipe s’est installée pour effectuer les travaux de bitumage des rues sur 6 km, construire des caniveaux pour l’écoulement des eaux de ruissellement et l’aménagement des mares, voir le remblayage de certaines. Ces travaux se feront progressivement. Vous savez, nous nourrissons l’ambition qu’un jour Tessaoua sera un chef lieu de Région, et c’est pourquoi nous avons demandé au Ministèe de l’Habitat et de l’Urbanisme de nous donner l’autorisation de procéder à un nouveau lotissement, ce qui fut fait. Les services qui n’ont pas de local ont chacun trouvé un terrain.

A quel niveau se situent les travaux actuellement ?

Aujourd’hui, les travaux sont au stade de rechargement des rues, le nivelage a été fait. L’évolution des travaux se fera de manière progressive, d’une rue à l’autre. Ce sont des rues bitumées de 7 mètres de largeur qui seront accompagnées de trottoirs pavés d’1,5 mètre de chaque côté.

La tâche est énorme, monsieur le Maire. Peut-on s’attendre à la fin de ces travaux avant l’hivernage prochain ?

Nous avons discuté avec les techniciens de l’entreprise qui a en charge l’exécution de ces travaux. Ils nous ont rassurés que dans deux (2) mois les travaux seront finis car ils ont un autre chantier qui les attend dans la région de   Zinder.

Quelle contribution attendez-vous de vos administrés ?

Ce que nous attendons de nos administrés, c’est d’abord leur compréhension, leurs appuis et leur collaboration pour que les travaux soient exécutés dans de bonnes conditions. Il ne faut pas qu’au fur et à mesure que ces travaux avancent, que de l’autre côté, la population dégrade ce qui a été fait et qu’à chaque fois nous revenions en arrière. Fort heureusement, aujourd’hui je ne peux que remercier cette population pour sa parfaite collaboration dans ce sens. Nous renouvelons nos remerciements au Président de la République, Chef de l’Etat et au gouvernement de la 7ème République pour avoir choisi notre ville comme la première, en tant que chef lieu de Département, à recevoir des travaux de cette envergure.

Propos recueillis par Tiémogo Amadou - ANP-ONEP Maradi  

7 mars 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview