M. Ahmet Botto ministre du Tourisme et de l’Artisanat : «La tenue du 33ème sommet de l’Union Africaine au Niger est significative et bénéfique pour notre pays»

Ahmet Botto ministre Tourisme Artisanat NigerMonsieur le ministre, le Niger organisera en juillet 2019 à Niamey la 33ème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine. La session de Niamey enregistrera la présence en terre nigérienne de plus de 3000 personnes de diverses nationalités. Comment votre Ministère prépare-t-il cette grande rencontre africaine ?

Depuis 2015, notre pays s’attèle aux travaux d’organisation de la 33ème Conférence au Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA), prévue se tenir en Juillet 2019 à Niamey. Dès le début des préparatifs, le ministère du Tourisme et de l’Artisanat a été pleinement impliqué, eu égard à l’importance des volets Hébergement et Restauration, deux aspects fondamentaux desquels dépendra incontestablement la réussite de toute rencontre internationale de cette envergure.

En pareille circonstance, les capacités du réceptif touristique et hôtelier de notre pays et la qualité de ses prestations ont un rôle majeur et de premier ordre à jouer. En effet, les besoins en hébergement dans le cadre de la tenue de la Conférence sont estimés à 4000 lits dans des hôtels de standing international. Il se trouve qu’avant le début des préparatifs, les capacités de la ville de Niamey en hébergement tournaient autour de 2 000 lits seulement dont une bonne partie ne répondait pas aux normes standards requises.

Depuis lors, nous nous sommes mis à l’œuvre, en synergie avec les promoteurs des activités touristiques pour accroitre et améliorer la capacité du réceptif de notre pays à travers la mise en place d’infrastructures adéquates pouvant nous permettre d’abriter désormais de grands évènements internationaux. Cela constitue sans nul doute l’un des meilleurs canaux pour développer le Tourisme d’affaires et de conférences et par ricochet les activités aéroportuaires.

La situation actuelle fait ressortir en termes de disponibilité des structures d’hébergement de la ville de Niamey 27 hôtels de 3 Etoiles et plus (3*+) fonctionnels, totalisant environ 1043 chambres ; 27 autres structures d’hébergement /hôtels, totalisant 124 chambres ; 13 hôtels de haut standing achevés ou en chantier avec un total de 1450 chambres et au moins 32 restaurants d’un bon Standing. A cela, il faut ajouter un nombre important de villas de haut standing destinées à l’accueil des participants au sommet de l’UA de juillet 2019.

En outre, mon département ministériel participe activement aux préparatifs du Sommet de l’UA – Niamey 2019. A titre d’exemple, le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat est membre du Comité d’Orientation pour l’Organisation de cette Conférence ; nous travaillons régulièrement en étroite collaboration avec l’Agence UA Niger 19 dans le cadre d’un chronogramme que nous avons conjointement établi  jusqu’à la tenue du sommet ; nos services techniques et les structures sous tutelle de notre département ministériel participent activement aux travaux des différents comités spécialisés mis en place par l’Agence dont ils sont membres, notamment en matière d’hébergement, de restauration, d’excursions touristiques, de renforcement des capacités des professionnels du tourisme et bien d’autres aspects pour agrémenter le séjours de nos hôtes.

Quels sont les sites touristiques phares du pays et leurs potentialités qui sont fréquentables sans aucun souci pour les touristes venant de l’étranger ?

Le Niger recèle de nombreuses potentialités touristiques qui ont favorisé le développement de plusieurs formes de tourisme grâce à l’engagement de l’Etat, au concours du secteur privé et aussi grâce à l’hospitalité des populations locales.

Le produit touristique nigérien le plus attractif pour les touristes et visiteurs de l’étranger se compose de trois (03) destinations : le « Tourisme Saharien au Nord avec les oasis du Kawar- Djado, le massif montagneux de l’Aïr, le vaste et mythique désert du Ténéré, et au Sud – Est, avec les déserts du Termit et du Tal ; le « Tourisme fluvial » dans la vallée du Fleuve Niger qui est aussi un important pôle d’attraction touristique avec le Parc National du W, les dernières girafes en liberté d’Afrique de l’Ouest, une végétation tropicale préservée, ainsi qu’une grande diversité ornithologique et faunique et enfin le « Tourisme culturel » qui est dominant dans le Centre – Est du Niger avec une riche diversité culturelle, artisanale et architecturale.

Monsieur le ministre, souvent, on sait que l’interaction avec la population locale représente une partie importante de l’expérience des touristes pendant leur voyage dans un pays et cela nécessite l’ouverture de ces dernières. Est-ce qu’un travail de sensibilisation est mené dans ce sens ?

Effectivement, il est bien de le dire, l’interaction avec la population locale est une autre forme d’expérience que vivent les touristes et les visiteurs en général, durant leur séjour dans un milieu qu’ils découvrent. Sur cette question précise, je vous rappelle que notre pays n’est pas à sa première expérience en matière d’organisation de grands événements. Il est reconnu aux nigériens certaines qualités et des valeurs qui honorent leurs hôtes. Nos concitoyens ont en outre appris à cultiver des principes fondamentaux de l’accueil et de l’hospitalité, notamment la tolérance et l’acceptation de la différence, la courtoisie, la disponibilité et tout autre comportement de nature à agrémenter le séjour de leurs hôtes. Pour renforcer cet acquis, l’ensemble des personnes qui seront en contact avec les participants ont reçu diverses formations pratiques qui leur permettront de rassurer nos hôtes qu’ils séjournent en terre familière et non en pays étranger.

Toutefois, ces prédispositions au bon accueil n’exclut pas d’associer les leaders locaux, religieux, coutumiers et d’opinion pour une sensibilisation encore plus large des populations qui, à mon sens, ont tout à gagner du séjour de milliers de personnes à Niamey pour une cause tout à l’honneur de notre pays.

Monsieur le ministre, justement dans le cadre du tourisme, la République d’Italie veut bien reprendre des activités touristiques au Niger d’où des agences de voyage avaient assuré le Sultan de l’Aïr qu’elles souhaitent participer désormais au Niger à tous les festivals et fêtes traditionnelles. Comment votre Ministère accueille–t-il cette initiative ?

Dans le contexte actuel, la pratique des activités du tourisme nécessite une synergie dans les actions. La reprise des activités touristiques reste au centre des préoccupations des plus hautes autorités de notre pays. Le gouvernement en a fait une priorité et mon département ministériel n’exclut aucune contribution volontaire et positive qui puisse nous permettre d’assurer la mise en valeur et l’exploitation de nos multiples potentialités touristiques pour davantage renforcer la résilience de nos communautés.

Effectivement, dans le cadre d’une tournée en Europe, le Sultan de l’Aïr, Son Altesse Oumarou Ibrahim Oumarou, a rencontré des tours operators qui sont prêts à reprendre les activités dans notre pays, surtout à l’occasion de grands évènements. Du reste, plusieurs groupes italiens ont visité notre pays ces dernières années malgré les multiples contraintes auxquelles ils font face. Nous seront heureux de les accueillir au Niger et nous ferons tout pour rendre leur séjour agréable.

Il est souvent dit que l’industrie du tourisme connait un certain nombre d’évolutions dans certains pays africains. Qu’en est-il de celle du Niger ?

Au Niger, le secteur du tourisme a connu un essor appréciable dans la période allant de 1980 au début des années 1990. Mais cet élan a été vite freiné par les conséquences des mouvements armés qui ont sévi durant plusieurs années dans la Zone nord du pays. La situation de léthargie dans laquelle se trouve le secteur du tourisme aujourd’hui n’est pas seulement propre au Niger, mais aussi à d’autres pays du sahel, du fait d’une menace sécuritaire qui s’est malheureusement généralisée dans toute la bande Sahélo Saharienne.

Quels seront les avantages que la tenue de ce sommet ordinaire de l’Union Africaine 2019 peut apporter au secteur du tourisme de notre pays ?

La tenue du 33ème sommet de l’Union Africaine au Niger est significative et bénéfique pour notre pays pour plusieurs raisons : sur le plan diplomatique, notre pays, jouissant déjà d’une grande réputation dans le concert des nations, a trouvé l’ultime occasion de gagner davantage en notoriété au niveau des différentes instances décisionnelles à l’échelle mondiale ; les différentes infrastructures réalisées par notre pays lui permettront désormais de rivaliser avec les autres pays dans l’organisation des rencontres de hauts niveaux pour lesquelles les commodités et les capacités d’accueil et aéroportuaires de qualité sont une exigence ; un des avantages non moins important, car sans doute le plus directement ressenti, reste les retombées de natures diverses que les populations du Niger, principalement celles de Niamey et ses envions, peuvent légitimement tirer de ce grand rassemblement à travers diverses prestations et services qu’ils pourront proposer et fournir en cette circonstance ; enfin, en matière de sécurité, la bonne organisation de cette Conférence permettra à notre pays de rehausser sa crédibilité à l’échelle internationale.

Réalisée par S.S. Zakaria & Moumouni Idrissa AbdoulAziz

07 juin 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview