Mme Aminatou Daouda Haynikoye, responsable du projet Mata Masu Dubara (MMD) à CARE International Niger: «Nous voulons qu’aux prochains scrutins, la moitié des élus soit des femmes et qu’elles fassent une participation de qualité en vue de casser le mythe»

Mme Aminatou Daouda Haynikoye, responsable du projet Mata Masu Dubara (MMD) à CARE International Niger : «Nous voulons qu’aux prochains scrutins, la moitié des élus soit des femmes et qu’elles fassent une participation de qualité en vue de casser le mytheMme Aminatou Daouda Haynikoye, responsable du projet Mata Masu Dubara (MMD) à CARE International NigerLa participation à la vie politique de la femme nigérienne est aujourd’hui une question d’actualité. Dans quelques mois, le Niger compte organiser des élections municipales, législatives et présidentielles. Les femmes représentent plus de la moitié de la population selon le rapport du recensement général de 2012 de l’Institut National de la Statistique. Cette participation dit-on connaît une amélioration ces dernières années grâce à une loi sur le quota votée à l’Assemblée nationale, mais ce progrès est en deçà de leur nombre au sein des instances de la société. Pour accompagner cette frange de la population, des organisations nationales et internationales non gouvernementales œuvrent pour la promotion de l’équité- égalité sociales des femmes nigériennes. Dans l’entretien qui suit, Mme Aminatou Daouda Haynikoye, responsable du projet Mata Masu Dubara (MMD) à l’association Cooperative for Assistance and Relief Everywhere (CARE internationale Niger), nous parle des accompagnements que reçoivent les femmes pour se positionner sur la vie socioéconomique et politique.

Les femmes demeurent sous représentées dans les instances de décision au Niger. La sphère politique est largement dominée par les hommes. Vous êtes responsable d’un programme qui œuvre pour la promotion des femmes. Comment percevez-vous la conquête de ces espaces par les femmes, notamment dans les partis politiques et quel accompagnement vous apportez à ces femmes au Niger ?

Merci beaucoup de m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer dans les colonnes de votre journal. Pour répondre à la pertinence de votre préoccupation, ici au CARE internationale, nous avons un Programme Promotion de l’Equité- Egalité Sociales et de la Société Civile (PROMEESS) qui est à sa troisième phase. Ce programme vise la promotion des droits socio-économiques et politiques des femmes et des jeunes filles. Le programme dispose d’une composition participative politique de la femme, intervenant dans six régions du Niger. L’actuelle phase qui vient de démarrer mobilise les femmes non seulement d’être candidates, mais seulement d’être électrices pendant les consultations électorales au niveau des élections municipales. Il faut rappeler que CARE intervient au Niger depuis 1974. Elle est engagée contre les injustices sociales et a fait des questions du Genre et de l’Equité une priorité. CARE intervient principalement sur la thématique Empowerment et Leadership des femmes et des filles depuis 1991 à travers le Programme Mata Masu Dubara (MMD) qui a connu plusieurs phases successives dont l’actuelle qui est le Programme Promotion de l’Equité- Egalité Sociales et de la Société Civile (PROMEESS III). Le modèle MMD est la mobilisation des femmes pour faire de l’épargne crédit. Au vu des succès enregistrés durant les années, ce programme s’est intéressé à l’aspect participation politique de la femme. Avec la réalisation des besoins pratiques des femmes, notamment les épargnes, elles arrivent à subvenir à leur besoin quotidien à travers la création de larges réseaux structurés d’où la nécessité de stratégies dont la participation politique de la femme.

Les femmes sont conscientes aujourd’hui de leur nombre numérique. Elles sont actives dans tous les domaines. Le pays doit donc se construire avec elles. Les femmes doivent participer à la création de la richesse, à créer de l’emploi et à participer pour se faire entendre. Le mouvement MMD, en ce qui concerne les groupes encadrés par CARE-Niger, sont au nombre de 21 000 totalisant plus de 650 000 membres. Ces réseaux doivent constituer un mouvement social pour promouvoir la voie de la femme et participer à la gestion de la chose publique surtout au niveau des communautés.

Une étude de CARE qui date de 2017 ressort que les ¾ des femmes élues sont issues des MMD. Ce qui explique que les choses ont commencé à bouger au niveau du monde rural en ce qui concerne la prise de conscience pour combattre les inégalités de genres qui persistent. Par exemple, si les femmes ne siègent pas dans les conseils communaux, leurs besoins spécifiques ne seront pas pris en compte. Concernant l’éducation de la jeune fille, avec toutes les difficultés, les barrières socioculturelles, il faudrait que les femmes siègent pour donner leurs avis afin que le Plan de Développement Communal (PDC) et le Plan d'Investissement Annuel (PIA) des communes puissent prendre en charge les besoins spécifiques des femmes et de la jeune fille pour leur émergence.

Chaque émergence étonnante d’une femme sur la scène politique est rapidement applaudie, mais laisse parfois l’opinion indifférente. Pour dissiper cet état de fait, quelles sont vos interventions stratégiques, auprès de ces femmes pour une prise de conscience collective ?

Le travail du CARE à travers ce programme qui est dans sa phase III (2020-2024) est de sensibiliser et motiver les femmes sur leur droit électoral. Renforcer d’abord leur capacité sur le système électoral, les aider à acquérir les pièces d’état civil parce que tout doit commencer à ce stade, les mobiliser à se faire enrôler. Après, nous allons identifier de potentielles femmes candidates. Ce sont des femmes qui sont déterminées et engagées pour devenir des conseillères locales. Nous avons plus de 1069 femmes potentielles dans ce programme de MMD reparties dans les six (6) régions (Maradi, Niamey, Tahoua, Tillabéry et Zinder et Dosso) d’intervention du programme au Niger.

Un programme de renforcement de capacité a été élaboré pour ces femmes sur le système électoral au Niger, droits et devoirs des élues, comment battre campagne, comment tisser une alliance avec les autres partis politiques. Nous savons du point de vue numérique, les femmes n’ont rien à voir ; malheureusement, elles manquent de stratégies sur la scène politique. Malgré l’existence de la loi électorale et celle du quota, elles n’arrivent pas à créer des synergies avec celles qui ont été déjà élues et qui sont en fin de mandat pour partager leur expérience afin de bien se positionner pour qu’elles soient élues et porter haut la voix de la femme et de la jeune fille nigériennes. C’est sur ce programme que nous travaillons avec nos partenaires de mise en œuvre locale.

Au niveau de notre programme, nous mettons en avant la formation en leadership. Il ne s’agit pas de faire émerger des femmes, il faudrait que ces femmes soient engagées et déterminées. C’est pourquoi dans notre programme, l’essentiel est penché sur la formation. Nous mettons l’accent sur l’alphabétisation avec plus de 80% des femmes analphabètes que compte le Niger, il faut les autonomiser dans ce sens. Nous avons beaucoup de centres d’alphabétisation qui sont fréquentés à plus de 98% par des femmes et des jeunes filles pour les aider à pouvoir écrire et noter. Une fois alphabétisées, il y a huit (8) modules de renforcement dont le premier est sur le leadership, l’estime de soi, la négociation, les techniques de communication, l’éducation financière, etc. ; une fois que les femmes sont accompagnées durant un processus de huit (8) mois, à la sortie, le groupe est libéré et se dit autonome. Je vous assure, si vous arrivez dans une communauté, dès que vous rencontrez des groupes de femmes, vous ferez la différence entre la femme MMD et les autres. Elle communique bien en groupe et maitrise son domaine d’intervention. Ce sont des femmes qui ont leur propre agenda et pour leur groupement. Elles sont autonomisées et montrent de bons exemples au niveau du monde rural.  

Face aux inégalités cruciales qui existent entre les femmes et les hommes dans leur participation à la vie publique, une loi sur le quota de 25% a été adoptée qui a récemment été revue en hausse à 30%. Vu les objectifs de votre programme et son accompagnement, peut-on désormais parler de l’émergence politique des femmes pour la construction et la consolidation de la démocratie au Niger ?

Nous allons commencer par féliciter le gouvernement pour cette prouesse. En effet, l’idéal, c’était la parité, mais compte tenu du contexte socioéconomique nigérien où la femme est en train de se battre pour son émergence avec la survivance de nos pratiques culturelles, ce n’est pas facile pour nous d’avoir la parité de 50% à cause de l’analphabétisme. Mais par contre, le quota doit être transitoire. On ne peut aller de façon éternelle à promouvoir le quota. On doit se donner un temps. Peut-être d’ici 2035-2040, on peut arriver à la parité. Pour un premier temps, le quota nous a servi, parce qu’il a permis aux femmes d’être présentes dans toutes les instances à tous les niveaux. Mais nous voulons plus que ça. Nous voulons une prise de conscience collective des femmes pour retrouver leurs droits de participation politique afin de siéger dans les instances et défendre leurs intérêts au même titre que les hommes. Oui pour la participation politique de la femme, mais non à l’émergence des femmes qui ne sont pas méritantes. Parce que celles-ci, une fois arrivées aux instances décisionnelles, n’auront pas la capacité de faire changer les choses. Elles ne peuvent pas faire face aux challenges quotidiens auxquels elles sont confrontées. Ce qui fait que, mieux vaut investir dans la formation pour un résultat probant. C’est ce que nous faisons au niveau de notre programme.

Il est souvent dit que la promotion des femmes en politique nécessite d‘envisager des quotas dans chaque parti politique. Parfois, les femmes n’ont pas de confiance en elles-mêmes. Quel conseil avez-vous à prodiguer à ces dernières qui constituent pourtant la cheville ouvrière des formations politiques du point de vue de mobilisation des électeurs ?

Nous invitons les uns et les autres à s’engager, avoir de la volonté politique chacun à son niveau. Si le chef de l’Etat a voté les lois, chacun à son niveau doit faire quelque chose. On doit promouvoir l’équité, le genre à tous les niveaux, les femmes, les jeunes, les hommes. C’est de se donner la chance. Aujourd’hui, il y a des femmes qui excellent dans tous les domaines de la vie socioéconomique et politique du Niger et un peu partout ailleurs. Il suffit juste d’avoir la volonté. C’est pour dire en fin que dans notre programme, le souhait est de voir autant de femmes élues aux conseils communaux en respectant le quota et au-delà de ce dernier. Le quota n’est qu’un minimum. Mais la lecture qui se fait au Niger, quand on parle du quota, on pense seulement au pourcentage recommandé. J’incite tous les acteurs de se battre pour que la loi sur le quota soit explicitée et comprise. Aujourd’hui, un parti politique peut dresser une liste sur laquelle 50% des candidats sont des femmes, rien ne l’interdit au Niger. Malheureusement, par manque de volonté politique, d’engagement et de déterminisme, on se rend compte que les gens respectent difficilement ce quota. Dans la nouvelle phase du programme MMD, nous voulons que la moitié des élues soit des femmes et qu’elles fassent une participation de qualité en vue de casser le mythe et faire changer les choses. Le changement tant attendu ne peut intervenir que par la base au sommet et non l’inverse.

Réalisée par Seini Seydou Zakaria(onep)

05 juin 2020
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview