Interview

Ali Doungou BoubacarLe «Projet Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démographique (PRAF/DD-SWEDD) a été lancé en 2015 au Niger. Pouvez-vous nous rappeler Monsieur le Coordonnateur, les raisons fondamentales qui ont motivé la mise en place de ce projet ?

Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez à travers votre illustre journal pour parler du Projet SWEDD au Niger. Pour répondre à votre question, permettez-moi de rappeler à vos lecteurs que c’est grâce à la vision et au leadership du Président de la République du Niger, Son Excellence, Issoufou Mahamadou qui, à travers une déclaration dénommée «Appel de Niamey sur les défis démographiques au Sahel » a lancé l’idée le 6 novembre 2013 à l’occasion de la visite au Niger, du Secrétaire Général des Nations Unies, du Président du Groupe de la Banque Mondiale, de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine et du Directeur exécutif de l’UNFPA. Cette initiative vise à répondre aux défis de la croissance démographique et permettre aux pays bénéficiaires d’accélérer la transition démographique et capturer à terme les fruits du dividende démographique. Dividende démographique qui est une notion économique qui décrit l’avantage économique dont dispose un pays en cours de transition démographique qui est la baisse de la natalité, la baisse de la mortalité des enfants et une population extrêmement productive capable d’assurer un maximum de production économique avec beaucoup d’épargne possible. Ce projet est régional et couvre six (6) pays dont 5 du Sahel : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Imprimer E-mail

Interview