Forfaitt-ORANGE-4G

Interview

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ‘‘Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l’exemMonsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?

Je dois d’abord remercier l’Office National d’Edition et de Presse (ONEP), pour l’occasion qu’il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la Délégation Spéciale de notre capitale, sans oublier les perspectives, à l’avenir, pour rendre Niamey encore plus Nyala. Je dois dire que dès notre arrivée à cette fonction, nous nous sommes fixés des priorités. La première est celle qui consiste à mettre les agents de notre administration au travail, au service de la population. Il faut rappeler que les communes, les municipalités sont des structures de proximité et de gestion au quotidien mais aussi de l’avenir de la ville. Nous nous sommes inscrits dans cette logique de mener et de gérer nos actions ensemble, au quotidien. La deuxième priorité consiste à assurer à la population de Niamey les services essentiels. Pour que ces deux priorités soient accomplies, il faut des moyens. Ce qui nous amène logiquement à la troisième priorité, qui est la mobilisation des ressources pour atteindre ces objectifs mais aussi l’utilisation responsable et rationnelle de ces ressources. Concernant la première priorité, l’une des premières choses à faire, c’est de payer les agents des municipalités de Niamey. Nous nous sommes donc attelé à éponger les arriérés, surtout au niveau des temporaires. Ainsi, très tôt nous avons épuré les arriérés de ces temporaires, à mettre dans les meilleures conditions de travail, ces pères et mères de famille qui, de nuit comme de jour, s’activent dans des caniveaux, dans les ordures, dans les rues, dans la poussière, sous le soleil, pour accomplir leur tâche. En tout cas, nous avons mis le paquet pour que les agents se responsabilisent et se mettent activement au travail, tout en les assurant, régulièrement le paiement de leurs salaires. Donc, depuis notre arrivée, nous n’avons eu aucun mois d’impayé. Et je crois que cela à créer, au niveau du personnel, un engouement, une responsabilité et une envie de travailler. D’ailleurs, j’en profite pour les encourager et les féliciter de tout leur engagement à assurer la gestion urbaine, à assurer la gestion de notre capitale. Nous allons poursuivre cet effort de l’amélioration des conditions de travail de nos agents, en leur fournissant des matériels nécessaires et adéquats. Des instructions fermes ont été données dans ce sens et un suivi régulier est opéré. Donc, je ne pense pas que vous en trouverai, car nous sommes strict voir intransigeant par rapport à l’utilisation rationnelle des engins de la mairie, acquis à grands frais et qui doivent être utilisés uniquement au service des populations de Niamey. Aussi, nous avons procédé au recrutement de près de trois mille (3.000) temporaires, dans l’ensemble de la ville, pour la salubrité, l’entretien des voiries, pour la réparation des nids de poules, notamment. Je pense que les résultats sont remarquables. Concernant la deuxième priorité, qui consiste à assurer les services essentiels à la population, le déploiement de ces moyens humain et matériel a permis d’être à côté des populations, pour répondre à leurs exigences, à leurs souhaits, à leurs envies dans la capitale. Il s’agit d’abord d’assurer une ville propre, une ville où il fait bon de vivre. Il faut des rues, des routes, des quartiers propres. Nos agents sont sur pied de jour comme de nuit pour assurer ces souhaits. Nous avons ainsi fait une opération coup de poing pour réparer les nids de poule de tous les grands axes prioritaires fortement fréquentés. Aujourd’hui, on peut aisément circuler dans la ville de Niamey. Pour une ville, il faut l’entretenir, chaque heure, chaque jour. C’est donc ce travail que nous sommes en train de réaliser depuis notre arrivée à la tête de la Délégation Spéciale de la capitale. Assurer les services à la population, c’est aussi leur créer un cadre agréable. C’est pour cela que nous sommes en train de recréer tous les axes principaux de la ville de Niamey. Pour permettre aux populations d’avoir des activités continues, le jour comme la nuit. Qu’elles aient des activités économiques, culturelles, sociales, de divertissement. En effet, une ville ne fonctionne pas seulement le jour, une ville vit aussi la nuit. Aujourd’hui, Niamey est véritablement une ville qui vit et c’est cela l’ambition qui a animé le Président de la République.

Imprimer E-mail

Interview