Interview

Interview du ministre des Affaires étrangères,de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur : «Notre présence au conseil de Sécurité des Nations Unies est importante, particulièrement pour le Sahel qui est aujourd’hui envahiA quelques heures de l’ouverture du sommet de l’Union Africaine que Niamey, la capitale de notre pays abritera du 6 au 8 juillet 2019, votre hebdomadaire Sahel Dimanche, s’est entretenu avec le chef de la diplomatie nigérienne M Kalla Ankouraou. Dans cet entretien, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur s’est prononcé sur les avancées enregistrées par notre pays sur la scène diplomatique internationale, régionale et sous régionale sous le leadership du Président Issoufou Mahamadou depuis son accession à la magistrature suprême du Niger en avril 2011. Il s’est aussi exprimé sur l’élection du Niger au conseil de sécurité des Nations Unies ainsi que sur sa contribution dans la lutte contre le terrorisme.

M le ministre, notre pays s’est engagé dans une véritable offensive diplomatique sous la houlette du Président Issoufou Mahamadou. Huit ans après comment pouvez-vous décrire la carte diplomatique du Niger?

Ah ! (sourire). Vous savez, en général lorsque le Président décide de faire quelque chose, il tient parole. Il voulait d’une diplomatie nigérienne offensive et c’est chose faite. Aujourd’hui la carte diplomatique du Niger a beaucoup évolué depuis huit(8) ans. Je peux vous dire que du point de vue des nouvelles chancelleries au Niger beaucoup de pays notamment européens, africains et asiatiques ont ouvert des ambassades à Niamey avec un personnel diplomatique résident, de nombreux autres vont faire de même cette année. Il y a quelques années encore, des pays comme le Royaume de Belgique, l’Italie, le Luxembourg, le Danemark, les Pays-Bas n’avaient pas de représentation diplomatique au Niger. Mais aujourd’hui, ils sont tous là. C’est un aspect important pour nous car, dans le cadre de notre coopération sécuritaire, les pays européens comptent beaucoup. Mais au-delà des pays de l’Union Européenne, nous avons réciproquement ouvert des ambassades dans les pays du BRICS comme la Turquie, l’Afrique du Sud, l’Inde et bientôt la Russie. Au plan africain, nous avons ouvert des ambassades au Cameroun, au Sénégal, au Mali et au Tchad. Au Moyen Orient nous avons maintenant une ambassade aux Emirats Arabes Unis. Actuellement nous sommes en train d’affecter le personnel pour rouvrir notre ambassade au Canada qui était fermée, il y a quelques années et nous allons rouvrir notre ambassade à Moscou, fermée depuis la dislocation de l’Union soviétique. La Russie est un grand pays membre du conseil de sécurité. Nous nous sommes dit qu’il n’est pas normal que nous soyons absents dans ce pays. Comme vous le voyez, nous sommes en train d’ouvrir de nouvelles ambassades et de recevoir d’autres chez nous. Ainsi nous avons ouvert une douzaine de nouvelles ambassades et nous avons noté une dizaine de nouvelles ambassades qui se sont installées dans notre pays durant ces huit dernières années. Voilà donc les modifications intervenues par rapport à la carte diplomatique. Mais vous constaterez qu’il y a un choix délibéré pour les pays du BRICS. Nous en avons fait une priorité. Vous constaterez également que nous avons amélioré les relations de voisinage. Voilà l’option prise par le Président de la République. On fait tout ce qui concoure au renforcement des relations avec les voisins et les amis traditionnels mais aussi avec des amis qui montent en puissance et qui sont devenus incontournables dans le concert des Nations.

«Notre présence au conseil de Sécurité des Nations Unies est importante, particulièrement pour le Sahel qui est aujourd’hui envahi par des groupes terroristes » déclare le ministre Kalla Ankouraou.

Imprimer E-mail

Interview