Forfaitt-ORANGE-4G

Interview

uuMonsieur le Secrétaire Général que faut-il comprendre par élections professionnelles ?

J’aimerai par un rappel pour dire que c'est depuis la Conférence nationale que le Niger avait opté pour une démocratie multipartite. Résultat : il ya une floraison de partis politiques. Alors l'USTN incontestablement, était la seule centrale syndicale, l'unique interlocuteur pour défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs ; aussi bien au niveau des autorités que des employeurs privés ou publics. Avec les évolutions et soubresauts politiques qu’a connus le pays, l'on a assisté pour diverses raisons à la création de plusieurs centrales syndicales constituées de multiples syndicats dans presque tous les secteurs d'activité socio-économiques.

Cette situation bien-entendue aura pour conséquence la déliquescence du mouvement syndical à la périphérie de laquelle, se sont développés des querelles de leadership et des interlocuteurs multiples pour l'Etat et les employeurs. Aussi, pour déterminer les syndicats les plus représentatifs qui seront de véritables représentants des travailleurs il y'a lieu de procéder à des élections professionnelles.

Pourquoi ces élections, aujourd'hui et pas hier ?

Un adage dit : mieux vaut tard que jamais. Il faut reconnaître que cette situation arrangeait le pouvoir qui redoutait le mouvement syndical pour avoir été le vecteur du changement dans notre pays mais aussi dans plusieurs autres pays en Afrique. En outre le mouvement syndical a été aussi une entrave à la mise en œuvre des programmes antisociaux édictés par les institutions de Brettonwoods. La détermination de la représentativité au sein des organisations syndicales des travailleurs et des employeurs est consacrée par plusieurs dispositions du code du travail et le respect de ce code est un impératif.

Imprimer E-mail

Interview