Forfait Albarka

La SNCF revient en Afrique

La SNCF revient en AfriqueLa SNCF, la Société française des chemins de fer est de retour en Afrique. Après avoir obtenu la concession du TER de Dakar, l’opérateur français s’est positionné pour le métro d’Abidjan. Plus largement, la SNCF propose aux villes africaines son savoir-faire et développe de nouveaux concepts de mobilité urbaine, espérant conquérir de nouveaux marchés.

Alors que le groupe Bolloré investit massivement dans le rail ouest-africain, un autre acteur, un acteur historique celui-là, fait son retour depuis quelques années en Afrique. Stéphane Vollant secrétaire général de la SNCF.

« La SNCF est de retour sur le continent africain. Elle l’avait un peu abandonné ou délaissé depuis quelques décennies, et nous avons l’envie de revenir si les états ou les villes nous proposent de participer à des appels d’offres. »

La SNCF s’intéresse désormais aux villes. Le contrat remporté au Sénégal pour la concession du TER qui reliera Dakar à la ville de Diamniadio, a permis à la société de prouver son savoir-faire dans ce que l’on appelle la mobilité urbaine. C’est-à-dire l’interconnexion entre les différents modes de transports en ville. Frederic Bardenet en charge du développement africain de la SNCF.

« On a à la fois un projet structurant ferroviaire suburbain avec le projet du TER, et un projet de BRT, Bus à haut niveau de service, selon la terminologie française, qui desservira plutôt le nord de la métropole de Dakar. On a vraiment cette articulation entre deux projets structurants qui est quelque chose de très particulier et qui nous intéresse beaucoup. Aujourd’hui on a cette volonté d’avoir une approche globale sur une agglomération et pas seulement de proposer la construction d’un tramway ou d’une ligne de chemin de fer et d’en rester là. »

Le maître mot est donc la mobilité adaptée et cette adaptation passe par une politique de prix ajustée. La SNCF qui gérera le TER de Dakar assure que les tarifs ne seront pas dissuasifs. Stéphane Vollant.

« La marque de fabrique de la SNCF, parce que c’est une entreprise publique, c’est de toujours regarder le côté populaire de son offre de transport. Nous aurons ce regard-là, ce souci du moindre prix, et de l’adaptation de notre offre de transport au pouvoir d’achat des Sénégalais. Nous aurons un TER populaire, ce ne sera pas un TER élitiste évidemment ! »

L’Afrique est encore un marché très modeste pour la SNCF qui réalise pourtant un tiers de son chiffre d’affaires à l’étranger. Mais ce marché est amené à se développer. En raison de leur croissance, les villes africaines investissent de plus en plus dans les solutions de transports urbains.
Par Olivier Rogez

23 octobre 2017
Source : http://www.rfi.fr/emission/20171023-sncf-revient-afrique

 

Imprimer E-mail

Actu africaine