Nigeria/Opération ‘’Deep Punch 2’’ Les combattants de Boko Haram traqués jusque dans leurs derniers retranchements

Nigeria/Opération ‘’Deep Punch 2’’ Les combattants de Boko Haram traqués jusque dans leurs derniers retranchementsEn cours depuis quelques jours, l'opération militaire régionale baptisée "Deep Punch 2" est bien parie pour débarrasser le Nigeria de la gangrène du terrorisme. En effet, les soldats du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun, déployés dans cette offensive de grande envergure continuent de traquer les différentes factions du groupe terroriste Boko Haram jusque dans leurs derniers retranchements.

es forces armées engagées dans cette vaste opération de ratissage des combattants de Boko Haram n’entendent visiblement concéder aucun espace de repli aux groupes terroristes. Aussi, tandis que qu’une partie du contingent de la force multinationale est lancée aux trousses du ténébreux Abubakar Shekau et sa bande jusqu’aux confins de la forêt de Sambisa, un autre détachement accule Mamman Nur, le chef de l’autre faction ayant fait allégeance à Al­Qaida en Afrique du Nord, et ses hommes tapis dans la ré­gion du lac Tchad.

Les premiers résultats de l’opération ‘’Deep Punch2’’ sont plutôt réconfortants. En effet, selon les termes d’un communiqué rendu public, mardi dernier, par le porte-parole de l’armée nigériane, le général de brigade Sani Kukasheka Usman, a annoncé que, dans la région du Lac Tchad, les forces armées ont neutralisé 107 combattants de Boko Haram, alors que des centaines d'autres insurgés ont été forcés de se rendre. En plus, les forces armées ont saisi plusieurs armes de différents calibres et des munitions. L'armée a également indiqué avoir perdu trois de ses élé­ments et un garde civil venu en soutien aux militaires.

Selon le général Sani K. Usman, « les forces dé­ ployées dans l’opération ‘’Lafiya Dolé’’ ont réalisé d’énormes progrès dans la cadre de l’opération Deep Punch 2 en cours dans différents secteurs. Les soldats ont déjà neutralisé 50 combattants de Boko Haram, et capturé plusieurs armes de grand calibre et des munitions, surtout dans la grande zone du Lac Tchad ».

La même source précise que, lundi dernier, l’armée a délogé les combattants de Boko Haram du village de Matelé, de Tumbin Gini, et de Tumbin Ndjamena. « Au cours de l’opération les terroristes de Boko Haram ont abandonné la zone dans le dé­ sarroi laissant derrière eux des moyens de subsistance, d’importantes quantités de nourritures, des motocyclettes et des ânes », affirme le porte­parole de l’armée nigériane.

De même, a confié le Gé­néral Usman, dans la localité de Metele, les terroristes ont tenté d’attaquer les troupes au port, mais se sont heurtés à une forte résistance des forces armées. On annonce un bilan de 57 terroristes tués et plusieurs autres blessés, sans compter des lance-roquettes et autres équipements détruits. « Les vaillants soldats ont également découvert la base logistique des terroristes à Tumbu Ndjamena qui contenait des réserves de poisson, des vivres, du carburant, des motos.

Tous ces matériels ont été immédiatement détruits », souligne le porte-parole de l’armée nigériane.

Selon toujours le porte-parole de l’armée nigériane, les soldats ont également mis la main sur un missile anti­aérien, 116 cartouches de munitions de 12,7 dotées d’attaches métalliques, 4 fusils de type AK47, 57 cartouches de 7,62 mm (spéciales), deux mitrailleuses légères, deux lance-grenades (RPG7), des tubes avec une Bombe RPG, deux grandes à main déjà amorcées et 36autres grenades à mains. Parmi les autres matériels saisis figurent un panneau solaire et un téléphone portable, cinq camions mitrailleurs, etc.

Par la même source, l'armée nigériane a annoncé que Maman Nur, le chef de la faction Boko Haram qui fait allégeance à AlQaida en Afrique du Nord, a été blessé et une de ses femmes tuée au cours d'un bombardement de l'aviation. Comme a témoigné un chef de milice anti Boko Haram, Maman Nur a été blessé par le raid aé­rien lancé sur un camp de l'île de Tumbin Kare, sur le lac Tchad, où il s'était rendu la semaine dernière depuis son quartier géné­ral de Tumbin Gini. Selon lui, Mamman Nur se dé­ plaçait autour des îles sous son contrôle pour éviter d'être repéré, mais cette fois il n'a pas eu de chance. Quant à Abubakar Shekau, il est "un cheval épuisé, qui attend son Waterloo", a dit le général Sani Usman.

Au Cameroun, des responsables de la sécurité ont aussi affirmé que deux soldats camerounais avaient été tués dans la forêt de Sambisa, sans que l'on sache s'ils faisaient partie du bilan mentionné par l'armée nigériane. "Nous avons perdu deux soldats inté­ grés dans la Force multinationale mixte (la force régionale) lors d'une opération lancée à Sambisa contre Boko Haram. L'opération a été engagée il y a plusieurs jours. Les deux militaires camerounais ont été tués ces jours-ci lors des combats», ont­-ils expliqué.
Assane Soumana

12 janvier 2018
Source : http://lesahel.org/

 

Imprimer