Fin du forum Mo Ibrahim pour une meilleure gouvernance en Afrique

Ellen Johnson Sirleaf Mo IbrahimCe forum, qui a pris fin à Kigali dimanche, veut encourager les bonnes pratiques en politique. Vendredi soir Ellen Johnson Sirleaf a reçu le prix de la fondation.

La capitale du Rwanda accueillait le Forum annuel de la Fondation Mo Ibrahim, le Ibrahim Governance, ce week-end. La rencontre réunit chaque année des participants issus des secteurs public et privé, des représentants de la société civile africaine et de gouvernements. Vendredi soir le prix Mo Ibrahim à été remis à l'ancienne présidente du Liberia, Prix Nobel de la paix en 2011, Ellen Johnson Sirleaf.

En inaugurant ce prix en 2007, le richissime homme d'affaires anglo-soudanais, Mohamed Mo Ibrahim, visait un objectif : encourager les chefs d'Etats africains à quitter le pouvoir au terme de leur mandat constitutionnel. Principe respecté par Ellen Johnson Sirleaf, qui suscite encore le respect pour cette décision. "Si vous voyez un peu dans quel état était son pays ! C'est une femme forte, il faut la féliciter", déclare par exemple l'opposant congolais, Moise Katumbi Chapwe. "C'est un très bonne chose pour le continent africain et pour la jeunesse. L'Afrique est très jeune".

"Aidez les jeunes !"

La fondation Mo-Ibrahim veut encourager la bonne gouvernance. La fondation Mo-Ibrahim veut encourager la bonne gouvernance.

Moise Katumbi Chapwe lance d'ailleurs un appel en direction de la jeunesse : "Je demanderai à ceux qui ont des moyens, d'essayer d'aider la jeunesse africaine. Le plus important est de corriger, de travailler, et de trouver des solutions pour la population africaine. Nous devons aider nos dirigeants à faire sortir nos pays de la misère."

C'est le même état d'esprit qui anime le Secretaire executive de l'Agence de planification et de coordination du Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique, le NEPAD. Mais le Nigérien Ibrahim Hassane Mayaki regrette le déficit démocratique observé dans les pays d'Afrique centrale. "Elle est le ventre mou de l'Afrique dans beaucoup de domaines", selon-lui. "Les dirigeants le disent eux-mêmes ! Il y a plus d'alternances en Afrique occidentale ces dernières années. Les élites politiques de ces pays en ont fait une priorité, une question fondamentale."

Cette année, le Forum de Kigali a été consacré au service public en Afrique au 21ème siècle. Une problématique partagée par de nombreux participants comme l'avocat et homme politique camerounais, Akere Muna. Celui-ci estime que les services publics efficaces contribuent grandement à une gouvernance de qualité et à un leadership efficace. 

1er mai 2018
Source : http://www.dw.com/

Imprimer