Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

vendredi, 25 juillet 2008 09:19

L'air du temps. Liaisons ruineuses et éphémères

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dot faramineuse, valise et parures pour les jeunes mariés, orchestres et uniforme pour les filles d'honneur, cadeaux plus ou moins obligatoires à faire par-ci par-là, bref, tout un chapelet de dépenses connexes incompressibles

 

Imageet interminables! Autant dire que, de nos jours, le mot mariage rime plus avec dépense qu'avec liaison de deux âmes soeurs. Tout se passe comme si la célébration des mariages est une occasion pour certains de nos concitoyens pour marquer l'écart qui les sépare du commun des Nigériens. Pour ce faire, ils n'en demandent pas plus pour faire étalage de leurs richesses. Dans un tel contexte, les réjouissances de mariage prennent souvent l'allure d'une véritable compétition qui ne dit pas son nom, dans les quartiers où les voisins se disputent la vedette du mariage le mieux réussi. En terme de mobilisation de fonds s'entend !… Aussi, il n'est pas rare d'entendre un parent d'une future jeune mariée réclamer une dot à hauteur de 500.000 FCFA pour marquer l'écart vis-à-vis de la fille du voisin qui a eu une dot de 300.000 FCFA. Aussi curieux que cela puisse paraître, dans certains cas, l'initiative de la surenchère vient tout bonnement du futur jeune marié obnubilé par le désir de faire la différence, histoire peut-être de prouver à sa belle promise qu'il n'est pas ''n'importe qui''. Cette folie des grandeurs aidant, certains en sont arrivés à rehausser la barre de l'unité de compte de leur dot au million. Comme s'il s'agissait d'une vente aux enchères… D'aucuns nous ont rétorqué que cela ne regarde que les intéressés, puisqu'il s'agit de leur argent et pas du nôtre. Ce à quoi nous répondrons que c'est par ce même jeu que nous nous sommes compliqué la vie en introduisant des pratiques aussi blâmables que celles de la valise, de l'uniforme et autres futilités propres à engendrer une hémorragie financière.  

Toutes ces dépenses seraient supportables si encore elles pouvaient servir de gage réel pour bien cimenter les liens du mariage et en assurer la pérennité. Ce n'est pas le cas, hélas ! Et aujourd'hui, tout semble nous prouver que, plus le mariage est coûteux, moins il est durable et viable. La raison ? Peut-être que, sous l'emprise du goût amer des dépenses ruineuses, notre ''ango'' a du mal à tolérer la moindre indélicatesse de la part de cette ''amaria'' qui lui coûté des millions ''pour rien''. Et nous voilà dans l'ère des liaisons de plus en plus éphémères. Nul besoin de statistiques pour réaliser que la quasi-majorité de ces mariages noués dans la bombance ne franchit même pas le cap de la première année de vie conjugale. Comme si un petit malin génie jouait à défaire les noeuds sacrés du mariage solidement scellés devant témoins…

Assane Soumana

25 juillet 2008
Publié le 25 juillet 2008
Source: Sahel Dimanche

{sidebar id=9}

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15