Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 88

vendredi, 22 août 2008 08:22

L’Air du temps Le ventre des humains ou le carburateur des machines ?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dans un contexte marqué par la hausse du coût du pétrole et face à la menace de raréfaction de cette ressource énergétique indispensable, les chercheurs se tournent vers les produits de substitution pour alimenter les moteurs. Ainsi, au moment où dans certaines parties du monde, les peuples vivent dans le besoin, sur un autre pan de la planète les chercheurs n'ont pas trouvé mieux à faire que de promouvoir l'utilisation des produits agricoles dans la production des biocarburants.
Selon toute vraisemblance, cette option qui privilégie les ''gorges'' voraces des carburateurs des automobiles au détriment du ventre des ''dan Adam'' serait à la base de la pénurie mondiale des céréales que nous vivons actuellement.

Aujourd'hui, des plantations entières de colza, jatropha et autres espèces végétales utilisées dans la fabrication du carburant sont entrain de germer en lieu et place du blé, du maïs et autres céréales traditionnellement écoulées sur le marché international, avant de finir leur longue course dans les assiettes, puis le ventre des consommateurs.

Qu'est-ce à dire, sinon que le développement des biocarburants ou ''agrocarburants'', bien que perçu comme une initiative séduisante pour les amateurs du ''fric'' frais, présente une face plutôt controversée aux yeux des défenseurs des valeurs humanitaires…ou tout simplement humaines. En effet, les enjeux, multiples, s'annoncent à certains égards sur une inflexion plutôt grave, en ce sens qu'ils touchent un domaine aussi sérieux que celui de la souveraineté alimentaire. Faut-il affamer l'humanité au profit des engins mécaniques ? Les plus grands producteurs agricoles d'outre- mer, eux, ont déjà choisi leur camp. Plus sensibles aux craquements des billets de banque de cette nouvelle manne qu’à la détresse des hommes, ils ont tranché en faveur des machines. Au reste de l'humanité de choisir : dépendance énergétique ou pénurie alimentaire endémique. Le choix, il me semble, n’est pas si difficile…
Assane Soumana

22 Août 2008
Publié le 22 Août 2008
Source : Sahel Dimanche


Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15