Orange Money 300%

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

vendredi, 10 octobre 2008 12:22

L’Air du temps Petite leçon de civisme…

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le civisme. Voilà une valeur primordiale dont aucun Etat ne saurait se passer pour se hisser au rang de grande nation. Autrement dit, la grandeur d'un pays, voire d'un peuple, doit se fonder sur le respect que chaque citoyen témoigne, sans faille ni répit, à l'égard de la collectivité dans laquelle il vit et de ses conventions,
en l'occurrence ses lois et règlements. En effet, mieux que par les sanctions pénales et autres mesures répressives, c'est surtout par la conscience que chaque citoyen a du devoir impérieux qui lui incombe de respecter, en tous lieux et en toutes circonstances, la ''chose publique''. Autrement dit, le civisme, c'est l'affirmation individuelle d'une certaine conscience politique qui place les égards dus au pays, ses lois et ses valeurs, au-dessus de toute chose.

De ce fait, et en toute évidence, le civisme requiert de tout bon citoyen une bonne connaissance de ses droits, mais surtout de ses devoirs vis-à-vis de son pays, de la société où il vit. Hélas, au regard de certaines situations vécues, vues, ou entendues quotidiennement dans notre pays, le civisme est loin de figurer sur le tableau des vertus les plus partagées dans notre pays. Des doutes ? Alors je vous invite à vous enquérir un tant soit peu de ce qui se passe du côté des services de la fiscalité, et vous réaliserez l'ampleur de l'incivisme fiscal qui gangrène la plupart de nos entités administratives. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres pouvant illustrer le niveau de déliquescence de la situation en matière de civisme. Nous pouvons en citer beaucoup d'autres faits et gestes en parfaite rupture avec cette valeur, mais qui, du fait de leur fréquence, relèvent de la banalité aux yeux des gens. Mais le cas le plus typique, ces dernières années, c'est cette inclination du commun des Nigériens à faire beaucoup plus cas de ses droits que de ses devoirs vis-à-vis de la collectivité. Sans leur dénier cette prérogative, nous disons simplement que le Niger se portera, à coup sûr, mieux si dans nos agissements quotidiens, nous accordons autant d'attention à nos devoirs qu'à nos droits. Car, il est tout aussi évident que c'est en honorant d'abord nos devoirs impérieux vis-à-vis des autres et des institutions que nous nous donnons de réelles chances de jouir de nos droits.

C'est au regard de cette réalité cuisante que nous estimons qu'il importe d'inscrire en bonne place un module soutenu d'instruction civique à tous les niveaux des programmes d'enseignement dans nos écoles. Car, assurément, c'est avec des grands hommes pétris de l'amour de notre pays et du respect de ce lui est cher en terme de valeurs et de symboles, que le Niger poursuivra inéluctablement son ascension vers ‘’son âme éternelle qui fera le pays, plus grand’’.

10 Octobre 2008
Publié le 10 Octobre 2008
Source : Sahel Dimanche

Assane Soumana

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15