Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

vendredi, 31 octobre 2008 07:15

L’Air du temps • Effluves de pétrole

Évaluer cet élément
(0 Votes)
On se rappelle qu'en août 2007, à la veille de la célébration du 47ème anniversaire de la proclamation de l'indépendance de notre pays, le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Mamadou Tandja, avait fermement exprimé sa détermination à donner
une nouvelle orientation aux dossiers portant sur l'exploitation et la commercialisation des ressources minières de notre pays.  A partir de cet engagement solennel, il était clairement entendu que dans ce domaine, ''rien ne sera plus comme avant…'', comme l'a souligné le Premier ministre, SEM. Seini Oumarou, lors d'une rencontre entre le Chef de l'Etat et les représentants des structures de la société civile. Aujourd'hui, force est de constater que cette promesse commence à prendre forme à travers des actes concrets. En effet, elle s'est déjà traduite par la révision à la hausse du prix de l'uranium, l'élargissement des partenaires du Niger en matière d'exploration et d'exploitation de nos ressources minières avec l'abondance des permis accordés à une diversité de partenaires, mais également la signature, le mardi 03 juin 2008, du Contrat de partage de production (CPP) relatif au bloc d’Agadem entre notre pays et la China national oil and gas development and exploration corporation (CNODC). Et, depuis lundi dernier, avec la pose de la première pierre de la raffinerie de Zinder, c'est un pas décisif que notre pays a franchi dans sa détermination à jouir pleinement du trésor enfoui dans son sous-sol.

Avec ce train d'initiatives, il est apparu évident que la locomotive du développement est résolument lancée et que les Nigériens n'auront plus à attendre davantage pour savourer à leur tour les privilèges longtemps restés l'apanage des pays producteurs de l'or noir. Car, ajoutées aux fruits de la vente de l'uranium, dont le prix a été revu à la hausse, de l'or de Samira, les retombées du pétrole qui jaillira des puits d'Agadem, puis de la raffinerie de Zinder, suffiront pour permettre, dans un très proche avenir, à notre pays de disposer des moyens de ses ambitions pour se hisser au rang des nations qui gagnent. Alors aura fini le paradoxe de ce peuple vivant dans le besoin et la frustration, tout en dormant sur des mines d'or, d'uranium, de pétrole et d'autres richesses inexploitées. Cependant, il importe de le répéter encore, pour être sûr de jouir, durablement et en toute quiétude, de cette manne, chaque Nigérien doit comprendre l'enjeu d'une telle option et agir en conséquence. Nous devons, ensemble, exorciser les démons maléfiques qui guettent en veillant à ce que, partout et en toute circonstance, l'intérêt général des Nigériens prime sur toute velléité de manoeuvre particulariste. Il s'agit donc de ne se laisser divertir par aucun pêcheur en eau trouble, et de se mobiliser comme un seul homme pour soutenir les autorités dans leur élan de redonner au peuple nigérien les moyens de sa croissance économique. De sa dignité, tout court.

Assane Soumana

31 Octobre 2008
Publié le 31 Octobre 2008
Source : Sahel Dimanche

 

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15