Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 88

vendredi, 26 décembre 2008 11:19

L'air du temps : à l'épreuve des fêtes de fin d'année

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Reveillon_Niger_2007Fête de la Tabaski, Fête de la République, nuit de la Nativité, et bientôt le Réveillon. Une fois de plus, le mois de décembre a été l'occasion rêvée pour les ambianceurs de renouer avec le brouhaha de la série de
réjouissances propres à la fin d'année. Laissant libre cours à toutes sortes d'extravagances. Certes, l'atmosphère reste dominée, tout au long du mois, par un intense climat de détente et de loisirs, propres à plonger les plus jeunes dans une grande béatitude. Mais à quel prix !... Pour les chefs de famille, toute cette avalanche de fêtes a un goût plutôt mi-figue, mi-raisin. En effet, ces derniers, qui sont sollicités pour supporter la note salée des dépenses incompressibles qu'implique chacune de ces réjouissances, se voient placés face à de rudes épreuves et défis.
Ainsi, après la rude bataille pour l'acquisition de l'indispensable mouton de Tabaski, pour lequel ils ont dû sacrifier les...yeux de la tête, les pères de famille doivent encore faire des efforts supplémentaires pour satisfaire les requêtes de la famille: cadeaux de Noël pour contenter les bambins, tenue de sortie pour essuyer les douces larmes de la bien-aimée, frais de condiments pour assaisonner les mets des festins de fête, boisson et gâteau à gogo, etc.
Pour certaines futilités comme les dépenses liées à l'achat des pétards maniées à qui mieux-mieux, la nuit du Réveillon, par les joyeux bambins, on aimerait y bien passer outre, mais, pour sûr, les enfants ne comprendront rien et vous imposeront leur ''veto''. Aussi, en plus des désagréments qu'ils vous feront subir avec les pétardes incessantes, toute la nuit durant, cela fait une bonne somme d'argent partie en feux...d'artifices.   
Comme quoi, avant d'apercevoir le bout du tunnel, il faut s'attendre à perdre encore des plumes. Financièrement parlant... Et quand, à la fin de tout ce tintamarre, commencera la nouvelle année, la réalité s'affiche crue. La clameur des fêtes s'éloigne et la vie reprend son cours normal. Maintenant, il faut revenir sur terre pour gérer le quotidien.
Pour ceux des pères de famille qui, comme la cigale de la fable, ont festoyé tout le mois sans compter ni songer aux lendemains, les ennuis commencent déjà. Après avoir dilapidé le budget familial et accumulé des dettes par-ci par-là, il leur faut remonter la pente avec courage et dignité. Ainsi va la vie d'un bon père de famille.
Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15