Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 88

vendredi, 18 septembre 2009 10:54

L’air du temps : après le Ramadan

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Ramadan_MoubarakLe mois du Ramadan tire à sa fin. Tout au long de ce mois de piété, on peut dire que le monde a quelque peu ''soufflé'' avec des journées monotones et des nuits de profond recueillement devant les mosquées. Les ''bouches cousues'' et les langues ayant tout perdu de leur ''vénin'', la vie des musulmans aura été,
en espace d'un mois de totale dévotion, ce long fleuve tranquille dont on peut rêver. Une vie sans bagarres ni injures où tout le monde est doux comme un agneau ! Dommage que tout ceci ne soit qu'un bref épisode.

Car dès que passera la fête, on redécouvrira tous ces pieux gêneurs d'hier sous leur vrai jour. Et c'est reparti pour les turbulences de la vie. Les premières notes de déconvenues interviendront sans tarder dans le branle-bas des préparatifs de la fête. Bientôt, l'on renouera avec toutes sortes d'actes peu recommandables qui gâchent la vie sur terre. Les vieux démons, fraîchement libérés de la longue “somnolence'' où ils étaient plongés tout le mois de Ramadan, reprendront très vite du service pour empoisonner les rapports entre les humains. Ainsi, filouterie, sournoiserie, coups bas et autres méchancetés pures et gratuites referont surface. Les premières étincelles de discorde jailliront des marchés et des ateliers de couture, de coiffure et de tresse. Un faux rendez-vous étant très vite arrivé, l'atmosphère virera au rouge pour devenir électrique. En effet, dans ce cas de figure, patience connais pas ! Tout manquement appelle une sanction exemplaire. Ainsi, dès la veille, le climat sera particulièrement surchauffé dans les ateliers avec des clients qui menacent, d'autres qui se plaignent, le tout sous une ''pluie'' d'injures qui couvre les tailleurs indélicats. D'autres signes notoires de cette métamorphose apparaîtront du côté de nos mosquées qui se videront de plus en plus des fidèles toujours au rendezvous des appels du muezzin durant le Ramadan, pour ne garder que les plus aguerris. De l'autre côté, les bistrots et les boîtes de nuit renoueront progressivement avec leur ambiance infernale.

Assane Soumana

18 septembre 2009
Publié le 18 septembre 2009
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15