Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 88

vendredi, 06 novembre 2009 08:49

L’air du temps : sous l'emprise du fric

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Franc_cfaQui a dit que le fric, c'est chic ? De nos jours, le pouvoir de l'argent pèse de tout son poids dans la vie quotidienne des citadins. En effet, le moindre service rendu au prochain est monnayé. Vous envoyez un enfant vous acheter quelque chose chez le boutiquier du coin, le chérubin vous rétorque : ''tana chan may?'', littéralement ''ça consomme du carburant'',

allusion faite à l'énergie à fournir. Vous sollicitez un coup de main d'un groupe de jeunes gens pour pousser votre vieille guimbarde de voiture qui refuse de démarrer, ils vous proposent de faire un prix d'abord.
De simple moyen d'échanges commerciaux, l'argent est devenu, par ces temps qui courent, une véritable fin en soi. C'est, on peut dire, la chose la plus convoitée. Tant et si bien que ces coupures de papiers à l'odeur forte et ces petites pièces rondes sont en passe d'empester la vie sur Terre. Désormais, c'est l'argent qui régule les liens de parenté, d'amitié, et même l'atmosphère du foyer conjugal. C'est encore l'argent qui détermine le rang social, qui vous donne droit aux honneurs, et qui sert de clé pour vous ouvrir toutes les portes. Toutes choses qui expliquent pourquoi tout le monde se trouve lancé dans une ruée vers la fortune.
Le hic du fric, c'est que son irrésistible attrait sur les hommes se traduit par un bouleversement total de nos valeurs sociales essentielles, en l'occurrence la solidarité et la générosité qui caractérisaient nos ancêtres. Ainsi, il y en a qui ne reculent plus, et ils sont nombreux, devant les moyens de se faire de l'argent, beaucoup d'argent ! Et quand on arrive à en amasser à profusion, il faut trouver les moyens de le mettre à l'abri du regard et de la convoitise des envieux. Ce qui est une autre paire de manches…Car, ceci expliquant cela, à la ''boulimie financière'' des uns, est venue se greffer l'audace des escrocs et autres malfrats de tous genres tapis dans l'ombre, prompts à vous dépouiller de votre ''chère'' fortune.
Aussi, à cause de cette forte tentation que l'argent exerce sur les hommes, il n'est plus question de faire confiance à autrui. Car il y a toujours des ''malins'' qui, une fois la somme en poche, n'hésiteront pas à vous la ''carotter'' copieusement avant de se fondre dans la nature. Devant cette dérive corruptrice que le fameux billet de banque fait planer sur le monde des humains, on a envie de regretter les temps immémoriaux du cauris et du troc, où les démons du fric n'étaient pas encore là pour altérer les rapports entre frères et sœurs, maris et femmes, cousins et cousines, amis et amies, et même entre pères et fils.

Assane Soumana
06 novembre 2009
Publié le 06 novembre 2009
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15