Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

vendredi, 10 février 2012 12:20

L’air du temps : le prix du consensus

Évaluer cet élément
(0 Votes)
La nouvelle est tombée comme une mangue mûre : mercredi soir, comme par un coup de baguette magique, les travailleurs apprenaient que le gouvernement et les cinq principales centrales syndicales du Niger regroupées au sein de l’Intersyndicale des Travailleurs du Niger (ITN) ont abouti à un accord sur plusieurs

points contenus dans la plateforme revendicative déposée le 1er mai 2011, par l’intersyndicale. Les négociations s’étant déroulées presque en sourdine, et dans les règles de l’art, depuis septembre 2011 qu’elles ont été engagées, cet heureux aboutissement a été ressenti comme une surprise     par nombre de travailleurs. Une surprise d’autant plus alléchante que cet accord annonce une augmentation conséquente des salaires de tous les agents des secteurs public, para public et privé.
En effet, précise le protocole d’accord « le gouvernement accepte d’augmenter les salaires des agents de la fonction publique relevant du Statut Général à l’exception de ceux qui ont bénéficié de grilles spéciales ». Cette augmentation est de 5 % pour les fonctionnaires de la catégorie A ; 8 % pour les fonctionnaires de la catégorie B ; 10 % pour les fonctionnaires des catégories C et D et les auxiliaires. Idem pour les contractuels qui voient leurs pécules majorées de 10 % dans la droite ligne de l’accord signé en décembre 2011 avec leurs organisations syndicales. Cette mesure s’accompagne également d’une revalorisation des pensions des fonctionnaires affiliés au Fonds national des retraites. Un autre point de l’accord porte sur la révision à la baisse du tarif de l’eau et de l’électricité. A ce niveau aussi, des efforts sensibles ont été consentis par le gouvernement qui, pour ce qui est de l’eau, a réduit le tarif de la tranche sociale en cassant le prix du m3 de 133 F à 127 F CFA. Ces mêmes efforts concernent aussi le coût de l’électricité. Ainsi, en plus des réductions sur les frais de location de compteur, dans la tranche de consommation allant de 0 à 50 Kwh, le prix du Kwh passe de 79,25 F à 59,45 F CFA.
Du fait que ces pourparlers n’ont pas donné lieu à un bras de fer entre le gouvernement et les milieux syndicaux, les avantages issus de ce protocole d’accord se présentent en quelque sorte comme un joli cadeau de nouvel An. Autant cet accord traduit la hardiesse des responsables de nos syndicats de privilégier le langage du dialogue, au lieu du syndicalisme « nous exigeons », autant la partie gouvernementale a fait la preuve de sa bonne foi en accordant une oreille attentive aux préoccupations des travailleurs. Aussi, par les conclusions de cet accord, c’est un pas décisif qui vient d’être franchi dans l’élan d’une juste et équitable répartition des retombées des richesses nationales entre les enfants du Niger. Car, les retombées de cet accord se traduiront, sans nul doute, par une amélioration significative des conditions de vie du Nigérien moyen. Face à ce signal fort venu du gouvernement, il nous revient, nous travailleurs, de retrousser nos manches pour consolider les acquis et, pourquoi pas, envisager l’avenir avec plus d’ambition et d’assurance.
Assane Soumana

 

10 février 2012
publié le 10  février 2012
Source : Sahel Dimanche  

 

{sidebar id=1}

Dernière modification le mercredi, 29 février 2012 15:15