Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

samedi, 25 février 2012 04:05

L’air du temps : dans l’atmosphère de l’arène

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lutte_Tillabery_1C’est aujourd’hui même, dans quelques heures, que les lampions de la 33ème édition du championnat national de lutte traditionnelle s’illumineront à Maradi, la capitale économique de notre pays. A partir de là, et ce pendant tout le temps que dureront les compétitions, les yeux et les oreilles des  Nigériens convergeront
vers l’arène  de lutte traditionnelle de la cité du Katsina et du Gobir. Tandis que la ville de Maradi vibrera aux rythmes des équipées fantastiques des ‘’rois des arènes’’, les autres amoureux de notre noble art se trouvant à mille lieues de là, grâce à la magie des ondes radiophoniques ou télévisuelles, eux aussi ne  rateront  le moindre détail du déroulement des compétitions qui mettront en scène les titans de l’arène.

Pour les mordus de la lutte traditionnelle (et ils sont très nombreux !), le suspens sera total  et les pronostics iront bon train. Aussi, ces derniers se rueront sur le poste radio ou le petit écran, pour ne rien rater des combats entre les gladiateurs. A la maison, au bureau comme dans la rue, les inconditionnels de la lutte resteront suspendus à la frénésie des combats, le poste radio collé à l’oreille. Avis donc aux automobilistes qui devront faire preuve de plus de prudence pour éviter les passants qui pourront traverser la voie publique, l’esprit à Maradi et le corps en plein centre du…carrefour Mali Béro de Niamey ! Imaginez le reste…

Mais la lutte, c’est surtout le challenge entre les lutteurs venus des différentes régions du pays.  Aussi, chaque lutteur ayant ses fans, tout doit se conclure dans le fair-play et la fraternité. Ainsi, au moment où la clameur de ce grand rendez-vous de l’unité et de la fraternité se répand dans tous les cœurs et jusqu’aux confins du pays, chacun doit encenser les vertus de la paix et de la quiétude sociale, facteurs essentiels pour l’organisation d’une telle manifestation. Car, en définitive, lorsqu’à l’issue du combat final, un des 80 lutteurs lancés dans les compétitions brandira le sabre tant convoité,  c’est le Niger tout entier qui sortira vainqueur.

Assane Soumana

25 février 2012
publié le 24 février 2012
Source : Sahel Dimanche
{sidebar id=1}
Dernière modification le mercredi, 29 février 2012 15:15