vendredi, 25 mai 2012 11:08

L'air du Temps : le calvaire continue...

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Electricite NigerOn la croyait définitivement résolue et révolue. Hélas, elle est toujours là, dans nos murs. Elle, c'est cette pernicieuse série de coupures intempestives d'électricité qui suscite des grincements de dents chez les consommateurs abusés. Quand on se rappelle qu'il y a quelques

semaines de cela, on a voulu faire croire aux Niaméens que le calvaire est désormais derrière nous !
En effet, c'est avec emphase et effet de manche qu'on nous a annoncé la mise en service de la nouvelle centrale de location Aggreko qui, avec sa puissance additionnelle de 20 MW, promettait de combler les insuffisances qui justifiaient le recours au délestage. Imaginez la joie des habitants de la Communauté urbaine de Niamey, qui ont poussé un grand ouf de soulagement.

Mais à l'épreuve des faits, il va sans dire que cet enthousiasme général ne sera finalement que de courte durée. D'ailleurs, au regard de la déliquescence que nous vivons à Niamey ces derniers jours, on a même l'impression que nous sommes allés de Charibde à Scylla. En effet, on se rappelle qu'il y a quelques mois de cela, la société chargée de la distribution du courant annonçait le lancement de grands travaux de réhabilitation des réseaux censés nous mettre à l'abri de ce genre de déboires.

Car, il faut le dire, de nos jours, ces instants d'interruption du courant s'apparentent à de véritables séances de torture. Cela est d'autant plus vrai que de nos jours, la vie de beaucoup de gens souffrant de maladies (l'hypertension artérielle, le diabète et autres maladies chroniques) ne tient qu'à l'électricité. Ce qui fait, que durant tous ces instants d'interruption du courant électrique, accablés par la chaleur et angoissés par l'obscurité ambiante qui se répand dans les quartiers, vieux, jeunes et enfants se lamentent pitoyablement à longueur de journées. Tout ceci pour dire que par ces temps nouveaux, l'électricité relève beaucoup plus de la nécessité que du luxe pour les habitants de la cité.

Plus dramatique est la question des dommages matériels occasionnés par ces coupures intempestives. Il se trouve en effet que suite à certaines hausses de tension, ce sont plusieurs appareils électroménagers et autres ordinateurs qui sont endommagés au niveau des foyers et des services. Et lorsque vous tentez de vous faire dédommager, on tente de justifier l'injustifiable en invoquant certaines clauses du contrat de fourniture. Et voilà, on vous bousille votre appareil et on rechigne à vous dédommager en vous entrainant sur le terrain du juridisme creux. Ce à quoi nous disons simplement : il faut qu'on apprenne à se respecter...

Assane Soumana

25 mai  2012
Publié le 25 mai  2012
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 25 mai 2012 11:19