vendredi, 31 août 2012 08:47

L'air du temps : Les émules de ''l'humanitaire business"

Évaluer cet élément
(0 Votes)

inondation maisons NiameyDepuis quelques semaines, la machine de la légendaire solidarité africaine tourne en faveur des sinistrés des inondations. Après le téléthon organisé le gouvernement, suivi de l'appel solennel à la solidarité lancé par le gouvernement, par la voix du Premier ministre,

pour voler au secours des victimes du déluge venu du ciel, les bonnes volontés ne se sont pas faites trop prier. En effet, en réponse à l'appel à la solidarité nationale et internationale lancé par les autorités, de nombreux généreux donateurs se sont manifestés avec la diligence requise en faisant le geste salvateur attendu d'eux. C'est ainsi qu'en plus des aides mobilisées par l'Etat du Niger à concurrence pour une valeur annoncée d'un milliard de francs CFA, des aides ont déjà commencé à venir de tous les coins du Niger, mais aussi des quatre coins du monde.

Cependant, le défi ne se limite pas qu'à la mobilisation des aides en faveur des sinistrés. En effet, il s'agit d'agir et de faire en sorte que tous les fonds, vivres et autres matériels collectés, aillent exclusivement aux sinistrés, les vrais !... Car, il n'est un secret pour personne qu'en pareille circonstances, certains esprits dénués de tout scrupule ont vite fait de mettre en éveil leurs instincts boulimiques.

Aussi, il n'est pas rare de voir des personnes épargnées par le drame se joindre à la foule des véritables sinistrés pour essayer indûment d'en tirer profit. Des cas similaires ont été d'ailleurs signalés sur un site d'accueil de Saga où des incidents ont opposé les vrais sinistrés à des intrus déterminés à jouir des aides destinées à ceux qui sont réellement dans le besoin. Plus flagrant est le cas de cette dame de Harobanda qui, défiant toutes les règles de la sincérité, est allée crier sur les antennes d'une télévision de la place qu'elle n'a encore absolument rien comme appui de l'Etat.

Toutes vérifications faites au niveau des fichiers du comité technique chargé de la gestion des aides aux sinistrés, il est apparu que la bonne dame a bien reçu, photo à l'appui, l'aide distribuée dans le quartier. Un tel comportement, en plus du fait qu'elle jure avec les principes de base de la franchise, est du genre à annihiler les efforts de solidarité consentis par les généreux donateurs.

Il en est de même du cas de certains locataires de maisons effondrées qui n'hésitent pas à se faire enregistrer en lieu et place des véritables propriétaires, dans l'espoir d'obtenir d'éventuels dédommagements. De tels cas de figure étant assez nombreux, on peut s'attendre, dans les jours qui suivront, à de litiges très acharnés entre les propriétaires des maisons effondrées et ceux y vivaient en location. Tout ceci démontre à quel point le phénomène dit de ''l'humanitaire business" qui fait désormais fureur au sein de certaines ONG est entrain de faire des émules.

Assane Soumana 2M. Assane Soumana

31 août 2012
Publié le 31 août 2012
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 31 août 2012 08:49