vendredi, 07 septembre 2012 09:10

L’air du temps - Mali : la guerre du Nord aura lieu

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Mali  Aura lieu, n’aura pas lieu…Finalement la guerre pour la reconquête du Nord Mali aura bien lieu. Après de longues tergiversations inutiles, les autorités maliennes viennent de se résoudre à en découdre avec les ‘’barbus’’ du Mujao et d’Ançar Dine qui, depuis

bientôt six mois, occupent les villes de Kidal, Tombouctou, Gao, Ansongo et autres localités du grand Nord. En effet, acculé par les pressions fusant de toutes parts pour demander la libération par la force de l’espace occupé, le Président intérimaire du Mali n’a plus d’autre choix que de se plier à l’option de guerre. Ce qui explique la requête qu’il a adressée au Président en exercice de la CEDEAO, lui demandant l’appui des troupes de la CEDEAO aux forces maliennes apparemment décidées à laver le cinglant affront par une action musclée. Autrement dit, mieux vaut tard que jamais…

Il était temps ! Car l’arrogance des hors-la-loi parait sans limite. Narguant quotidiennement le pouvoir en place à Bamako, et surtout l’armée malienne cantonnée dans la capitale et qui n’a pas fini de s’offrir en spectacle dans d’interminables querelles de clochers, les groupes islamistes n’en démordent guère. Ainsi, après avoir étendu leur domination à des localités situées à la lisière de la zone Sud, le Mujao va jusqu’à menacer de prendre Bamako dans une guerre éclair, dans le genre  ‘’24 heures chrono’’. Et comme pour impressionner ses vis-à-vis, le Mujao pousse l’outrecuidance plus loin en déclarant ouvertement qu’il dispose de plus de 20. 000  batteries de missiles disséminées aux frontières du Mali. Mais ce que Mujao ignore, c’est qu’à elle seule, cette déclaration suffit pour lui attirer la foudre de toutes les armées du monde entier. Car, assurément, personne ni aucune nation au monde ne saurait tolérer l’existence d’un tel arsenal aux mains d’individus décidés à prendre leur liberté nonobstant toutes les dispositions légales et règlementaires. C’est dire que les jours à venir nous édifieront davantage sur la suite du feuilleton malien.

Mais déjà, un grand tort a été fait aux populations du Nord Mali qui, depuis bientôt six mois, continuent de souffrir le martyre. En effet, après avoir chassé du Nord du pays les contingents de l’armée malienne puis ceux des rebelles du MNLA, les ‘’barbus’’ ont eu tout le loisir d’instaurer le joug implacable de la charia sur les paisibles habitants de la zone sous occupation. Abandonnées à leur triste sort, les populations ont subi, la mort dans l’âme, toutes sortes de violences et  de brimades. Pour un rien, des pères de famille sont bastonnés en plein jour et à la place publique, tandis que des jeunes accusés de vol se sont retrouvés avec un bras cruellement amputé. D’autres moins chanceux ont été méchamment lapidés sous les objectifs des caméras, jusqu’à ce que mort s’en suive. Des rituels punitifs au cœur de l’horreur dont les images continuent de faire le tour de la Terre en interpelant  la conscience collective sur l’urgence d’une intervention militaire pour arrêter le règne de la terreur.

Assane Soumana

07  septembre 2012
Publié le 05 septembre 2012
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le vendredi, 07 septembre 2012 18:34