vendredi, 12 octobre 2012 08:42

L’air du temps : et si le Mena rééditait la légende…

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Mena Can 2012 10Une fois de plus, le Mena sera, dimanche prochain, face à son public pour relever le défi de gratifier le peuple nigérien de sa qualification à la CAN 2013.

L’événement, est attendu avec beaucoup d’enthousiasme, mais surtout d’espoir. Depuis quelques jours, on assiste à une véritable veillée d’arme chez les mordus du football, notamment les supporters invétérés du Onze national. Habillés aux couleurs nationales, ces derniers parcourent les coins chauds de la capitale en galvanisant les foules sur la victoire certaine du Mena dans ce match qui l’opposera, au Sily national de Guinée. L’enjeu est de taille, mais nul ne doute de la capacité de nos ‘’vaillants guerriers’’ de rendre aux visiteurs la monnaie de leur pièce en rééditant la légende. Celle-là même qu’ils ont écrite en lettres d’or face aux redoutables Pharaons d’Egypte, détenteur du prestigieux titre de septuple champion d'Afrique, puis réécrite face aux Bafana-Bafana d’Afrique du Sud. Il s’agira encore pour Maazou Moussa Ouwo, et les siens de prouver que le football se joue, non seulement avec les pieds et la tête, mais aussi avec le cœur. Ils l’ont déjà fait au Stade Général Seyni Kountché, à Nelsprit, en Afrique du Sud, à Freetown et ailleurs, il n’y a donc pas de raison qu’ils n’en fassent pas autant, à Niamey, sur leurs propres installations, devant un public qui leur est entièrement acquis. . Pour ce faire, il leur faudra faire preuve d’une volonté inébranlable soutenue d’un don de soi sans faille : tenir, mener et marquer ! Telle est la consigne !... Car, le Chef de l’Etat l’a dit, ‘’la qualification est à notre portée’’. Il les a assurés de son soutien total et celui du peuple nigérien, tout entier. Aussi, le douzième homme sera là pour pousser les ‘’garçons’’ à la victoire.

 

Et quand l’arbitre sifflera la fin de la partie, nous serions heureux d’entendre l’onde de choc des ovations des supporters retentir, du stade pour se répandre jusqu’aux confins du Niger. Et les joueurs du Sily, aurions appris à leurs dépens, comme ce fut le cas des Pharaons d’Egypte, que c’est désormais une chimère de croire qu’on peut enfiler ses crampons-vissés pour venir ‘’bouffer’’ du Mena sur la pelouse du SGSK !

Assane Soumana

12  octobre 2012 
Publié le 12 octobre 2012
Source : Sahel Dimanche

{module 583}

Dernière modification le dimanche, 14 octobre 2012 06:54