lundi, 28 janvier 2013 00:28

L’air du temps : phénomène de réseaux ou le business de l’arnaque

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Telephone ReseauRéseau 1, Réseau 2, Réseau 3, etc. Si vous avez très vite deviné qu’on fait allusion aux  réseaux téléphoniques, c’est que vous n’êtes pas tout à fait à jour dans le vocabulaire de la haute arnaque. Les plus avertis, eux, ont très vite compris la classification des ‘’réseaux’’. Il se trouve en effet que ces dernières années, on assiste à l’émergence d’une nouvelle race d’escrocs, organisés en réseaux avec la ferme détermination de dépouiller les paisibles citoyens de leurs biens par mille et une ruses.

De l’avis des personnes les plus avisées, pour avoir déjà fait les frais de leur crédulité, ces réseaux sont de plus en plus actifs ces derniers temps au sein de la capitale. Les particularités de ces arnaqueurs d’un nouveau genre, c’est d’abord leur sang-froid incroyable. Avec pour spécialité, l’endettement sans limite et sans souci, leurs cibles préférées sont principalement les commerçants grossistes. L’astuce, semble-t-il, consiste à approcher leurs proies bien choisies pour leur proposer d’acheter un lot de marchandises (bien sûr à crédit !) en promettant de rembourser dans un très bref délai, après les avoir revendues en détails.

 

Et pour tromper la vigilance et la méfiance de leur vis-à-vis, ils vous montent une stratégie presque infaillible. D’abord ils prennent soin de s’offrir les services d’intermédiaires du genre à vendre un frigidaire à un esquimau, tellement ils sont rompus dans les affaires. En plus, ils ont un style si rassurant que lorsqu’ils vont sévir, vous ne verrez que du feu. Et une fois les marchandises emportées, plus d’espoir de recouvrer le crédit contracté ! Là commence le jeu du chat et de la souris. Et quand malgré tout vous arrivez à les attraper pour les traîner devant les hommes de loi, ils trouveront sans aucune difficulté à se sortir d’affaire. Ne demandez pas comment, car eux seuls ont le secret de leur échappatoire. Ils sont déjà très nombreux les commerçants qui ont été  victimes de ces ‘’réseaux des irréductibles des crédits’’.

Le hic dans cela, c’est que dans leur stricte majorité, ces réseaux sont l’apanage de femmes parmi lesquelles des mariées. Vous imaginez bien que beaucoup d’entre elles ont fini par avoir des problèmes dans leurs foyers à cause de leur ‘’darga’’. Où va donc le monde, se demande-t-on à propos. A bon entendeur …

Assane Soumana

28 janvier 2013
publié le 25 janvier 2013
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le lundi, 28 janvier 2013 00:49