samedi, 13 avril 2013 09:46

L’air du temps : délestage de tous les calvaires…

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Nigelec NigerDepuis près d’une semaine, les coupures intempestives d’électricité sont de retour et au galop. Et avec elles, les grincements de dents des abonnés de la société distributrice de l’électricité. Au regard du degré de déliquescence de la situation que nous vivons déjà à Niamey, alors que nous ne sommes qu’au début du mois d’avril, beaucoup de gens se demandent de quoi sera fait demain.

Car si ces délestages sont liés au niveau élevé du mercure, il y a lieu de s’attendre à des moments encore plus difficiles. Cependant, sachant que, selon les explications fournies par la société concernée, cette situation serait liée  à un ‘’effondrement du réseau’’ depuis la base, au Nigeria voisin, on peut se consoler et espérer que tout ceci ne sera qu’un triste souvenir. Mais, il est vrai, pour nombre de consommateurs, ces explications riment avec une chanson bien connue… Aussi, accablés par la chaleur et angoissés par l’obscurité ambiante qui se répand dans les quartiers, vieux, jeunes et enfants se lamentent pitoyablement à longueur des journées. Ne supportant plus la persistance de cet état de fait, les abonnés, pendant ces moments de grande déprime, se demandent ce que fait la société d’électricité pour leur éviter la récurrence d’un tel calvaire. Ils ne comprennent surtout pas le fait que, chaque année, à la même période, les mêmes problèmes ressurgissent, en dépit des mesures prises ou annoncées en vue de limiter les conséquences criardes de cette situation de dépendance de notre pays sur le plan énergétique.

 

Toutes choses qui montrent que de nos jours, l’électricité  relève beaucoup plus de la nécessité que d’un certain luxe aussi bien en milieu urbain que dans nos villages. Et c’est dans cet esprit que les autorités se battent sur tous les fronts pour apporter des réponses adéquates aux insuffisances accusées sur le plan de la fourniture de l’électricité de nos villes en pleine croissance. Dans un tel contexte, le lancement, le jeudi 04 avril dernier, à  Gorou Banda, des travaux de construction de la centrale thermique diesel d’une capacité de 100 MW vient assurément à point nommé pour nous pousser à l’espoir de voir enfin l’éclaircie dans un proche avenir. En attendant, un seul remède s’impose : subir les vagues de délestage en toute patience en évitant de voir rouge…dans le noir.

Assane Soumana

13 avril 2013
Publié le 12 avril 2013
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le samedi, 13 avril 2013 09:54