samedi, 01 juin 2013 09:36

L'air du temps : le drift ou la nouvelle folie des jeunes

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Drift NigerVendredi dernier, aux environs de 18 h, il y a eu de l’ambiance, puis des larmes et de la colère au quartier Bobiel. Sur la nouvelle route latéritique en construction qui passe devant le Complexe scolaire Bédir, une foule de curieux s’est agglutinée tout au long de la voie pour assister à un spectacle inouï : de jeunes gens s’offrant en spectacle au volant de leur voiture en exécutant des scènes de cascades dignes de film américain.

Dans un concert de crissements de pneus et de vrombissements de moteurs poussés à bloc, les joyeux conducteurs alignent des slaloms géants, des glissades,  des embardées périlleuses, des zigzags époustouflants et  des coups de freins à vous donner le tournis, dans le style ‘’virage américain’’. Le tout dans un nuage de poussière et sous les ovations délirantes des badauds qui en ont eu pour leur curiosité. Dans le langage des jeunes, ils appellent  ça le ‘’drift’’ (ou glissade, en français).

 

Tout le quartier était sorti pour assister à  ce spectacle singulier de ‘’drift’’. Tandis que les uns approuvent et applaudissent les prouesses des intrépides ‘’rois de la route’’, d’autres témoins de ce jeu audacieux voient plutôt rouge en craignant le pire.  Et justement le pire était à venir. En effet, poussé par son zèle et la volonté de vouloir faire plus de prouesses que les autres, un des jeunes ‘’drifters’’ perdit le contrôle de son bolide et fonça droit sur une jeune dame qui était sortie au mauvais moment pour verser de l’eau de vaisselle, l’écrasant contre un arbre avant de heurter un hangar où il blessa un enfant. La dame rendit l’âme sur le champ. La colère du public ne se fit pas attendre, et faute de pouvoir lyncher sur le vif l’auteur de ce meurtre en direct, la foule se jeta sur son véhicule, une RAV4, qui fut aussitôt dépiécé. En l’espace de quelques minutes, du véhicule, il ne resta que la caisse dépouillée. Quand au jeune ‘’drifter’’, il n’eût la vie sauve que grâce à l’intervention de la police dépêchée sur les lieux.

Que dire, sinon que les jeunes n’ont pas fini de nous surprendre. On sait qu’ils aiment jouer les As du volant, mais on n’a pas vu venir le dada du drift. Il s’agit de ces parties de rodéo qui consistent beaucoup plus à faire glisser avec fracas le véhicule qu’à le faire rouler. En fait depuis quelques années, le drift a fait ravage dans le milieu des fils à papa ou à  maman de la capitale où il existe même des places précises désormais érigées en pistes de drift à Niamey. C’est le cas  de cette place dégagée vers la Boulangerie Koira Kano, d’une autre se trouvant vers la Francophonie, ainsi que cette nouvelle latérite du quartier Koubia. Même la Place Toumo et la Place de la Concertation n’en sont pas épargnées. Dire qu’en plus des risques démesurés sur la sécurité des passants et des conducteurs eux-mêmes, qui n’ont rien de pilotes de formule 1, ces parties de rodéo bousillent carrément les véhicules qui sont souvent ‘’empruntés’’ à l’insu des parents.

Assane Soumana

1er juin 2013
Publié le 31 mai 2013
Source : Sahel Dimanche
{module 583}

Dernière modification le samedi, 01 juin 2013 21:04