Sanef 2018

vendredi, 09 août 2013 07:48

L'air du temps : du devoir de positiver

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Assane Soumana 2Et voilà! Les vieux démons de la ‘’politicomanie’’ se sont brusquement réveillés ! A la faveur de l’offre faite par le Président de la République à l’opposition politique en vue de la formation d’un gouvernement d’union nationale, on assiste, ces derniers jours, à un regain de passion débordante pour le débat politique sur fond d’avis divers aux relents tendancieux.

Une chose dont on pouvait se passer, pour peu que les uns et les autres daignent écouter, sans suspicion ni passion, la quintessence du message que le Président de la République a livré au peuple nigérien à l’occasion de la fête de l’indépendance, célébrée le 3 août dernier.

 

Sans doute soucieux de lever toute ombre d’équivoque sur le sujet, le Président Issoufou Mahamadou s’est largement étendu sur cette idée de la formation d’un gouvernement d’union nationale en expliquant ses réelles motivations. Et, comme dit l’adage ‘’les idées bien conçues s’énoncent clairement’’. En effet, le Chef de l’Etat n’a pas voulu verser dans la langue de bois. Il a clairement exposé ses raisons, et elles sont fort probantes. En effet, comme il l’a expliqué, les deux raisons fondamentales qui justifient cette option pour la formation d’un gouvernement qui puisse unir toutes les intelligences et les énergies des Nigériens de tous les bords politiques autour de l’édification de notre bien commun qu’est le Niger, se résument au constat de la persistance du problème de l’instabilité politique et aux réalités sécuritaires cruciales du moment.

Parlant de l'instabilité politique, il a fait remarquer qu’au  regard des vicissitudes ayant marqué la première décennie de notre expérience démocratique, quelque chose doit être fait dans le sens de la consolidation et de la stabilité  des institutions démocratiques dans notre pays. Cette chose à  faire c’est, ni plus ni moins, l’effort de rassemblement de tous les Nigériens. Et aujourd’hui, demain et après-demain, cet idéal du rassemblement demeure et demeurera l’unique, en tout cas le plus efficace, moyen de donner la chance à notre pays de se départir du triste monopole de l’instabilité politique. Dans le cas d’espèce, comparaison étant raison (j’insiste !...), il ressort qu’en 53 ans seulement,  notre pays a connu sept (7) Républiques, tandis qu’en deux siècles, la France n’en compte que cinq et les Etats-Unis une, et une seule! Il y a bien nécessité de faire quelque chose à  ce niveau.

La deuxième raison est tout aussi évidente: il s’agit des pesanteurs qui règnent sur le plan sécuritaire dans toute la zone sahélo-saharienne. La menace est là, et elle est réelle: le narco-terrorisme est bien à nos portes, et pour nous en débarrasser, il nous faut nous unir comme un seul homme, nous armer davantage de courage et savoir anticiper. Refuser de comprendre toutes ces raisons invoquées pour parler d’intrigues, de ‘’marché de dupes’’ ou de ‘’complot’’, c’est assurément tomber dans le piège de la politique de l’autruche qui consiste à  baisser la tête pour ne pas voir le danger, dans l’espoir de s’en débarrasser.

Assane Soumana

09 août 2013
Publié 09 août 2013
Source : http://www.lesahel.org/

{module 583}

Dernière modification le vendredi, 09 août 2013 08:07