vendredi, 30 août 2013 08:19

L'air du temps : après la pluie, le calvaire

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pluie Niger On a coutume de dire qu’après la pluie, c’est le beau temps. Hélas, cela n’est pas toujours le cas. En effet, à  Niamey, comme dans beaucoup d’autres capitales africaines, circuler dans les rues en ville après une pluie diluvienne n’a vraiment rien d’une partie de plaisir.

Pas plus tard qu’hier, nombreux sont les usagers qui l’ont appris à leurs dépens avec la pluie qui s’est abattue sur la capitale, durant toute la matinée. Tandis que certains Niaméens, en bons Sahéliens, ont décidé de se tapir chez eux pour fuir les intempéries, boudant ainsi les ateliers, les commerces, voire les bureaux, ceux d’entre eux qui ont osé pointer le nez dehors ont dû se soumettre à l’épreuve des eaux. Car, en plus des gerbes d’eau qui vous frottent le crâne, il faut surtout apprendre à …naviguer entre les flaques d’eau qui jonchent le sol. Et pour ça, il fallait apprendre à marcher tel …un chat sur un toit de paille ! En plus du fait qu’il faut s’exercer à marcher sur la pointe des pieds, il faut aussi redoubler de vigilance pour voir où mettre le pied, chercher à viser les parties un peu sèches ou moins boueuses de la route, en sautant d’un point à un autre. Un véritable spectacle de patinage artistique dans la fange, qui prend souvent des tournures périlleuses, avec des glissades, des pas de géant, des sauts de lapin, de la valse, puis des chutes en demi-flip. Le calvaire des piétons est pire que celui enduré par les conducteurs de véhicule. D’ailleurs, à certains égards, ces derniers y contribuent beaucoup. En effet, pour les piétons qui redoutent de se voir aspergés d’eaux boueuses, il faut savoir détaler à toutes jambes à chaque fois qu’une voiture ou une moto déboule pendant que vous  traversez une flaque d’eau. Ça, c’est pour le centre-ville…

 

Que dire du cas des habitants des quartiers périphériques non (ou mal) lotis, où la situation est encore plus critique? Là, il faut savoir contourner les ‘’lacs’’ ou se résoudre à papoter dans la boue. Les voies sont quasiment impraticables, la situation est intenable. Voilà pourquoi, par ces temps de pluie, ceux qui habitent ces quartiers mal assainis gardent toujours  un regard rivé vers le ciel, histoire de scruter des indices annonçant la continuité de la pluie, ce qui est synonyme de la prolongation de leurs souffrances…

Assane Soumana

30 août 2013 
Publié le 30 août 2013
Source : http://www.lesahel.org

{module 583}

Dernière modification le vendredi, 30 août 2013 10:03