vendredi, 13 septembre 2013 08:25

L'air du temps : folie juvénile au cœur de l’extrême

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Comment circuler dans les rues de Niamey sans courir le risque de heurter un motocycliste? Tel est l’enjeu qui se pose de nos jours aux automobilistes, une fois sortis de chez eux pour se rendre d’un point à  un autre de la capitale. Les usagers les plus habitués le savent bien, l’équation n’est pas des plus simples à  résoudre.

Car, on a beau observer les règles de la circulation routière, on n’est jamais à l’abri d’une rencontre hasardeuse avec un de ces ‘’engins fous’’  pouvant jaillir de nulle part pour vous bruler la politesse, avec tout le risque de provoquer un accident grave. Tout se passe comme si certains jeunes motocyclistes vous défient au jeu de la mort. Méprisant toutes les règles de prudence, ces derniers se faufilent n’importe comment entre les autos, brûlent les feux rouges à tombeau ouvert pour traverser les carrefours, et souvent tous feux éteints, etc. Comme s’ils étaient enivrés  à bloc par les rugissements tapageurs de leurs engins, ils roulent royalement sur tous les principes de sécurité. Et voilà pourquoi de nos jours, il n’est pas rare de voir, dans les rues de Niamey, des scènes d’attroupements de badauds autour d’un motocycliste étalé en bordure de route, dans un piteux état, tandis que sa moto elle-même gît sur le flanc en plein milieu de la route.

De telles scènes, vous-en convenez, sont devenues monnaie courante  dans les rues de Niamey. Si les conséquences sont graves et déplorables, les raisons, elles, n’ont plus un secret pour personne. Ces raisons se résument en quelques mots à l’excès de zèle et d’imprudence. A en juger par certaines façons de conduire, tout laisse croire que certains usagers assimilent la circulation routière au jeu périlleux de la roulette russe.

Le scénario est encore plus catastrophique en cette période de vacances avec le foisonnement des réjouissances de mariage et l’avènement du ‘’drift’’ chez les adolescents. Pour ceux qui l’ignorent encore, le ‘drift’’, c’est cette nouvelle façon de conduire qui fait fureur chez les jeunes et qui consiste à  exécuter des manœuvres les plus osées visant à  faire déraper  l’auto en jouant sur le volant et les freins, ce qui amène à  slalomer  en occupant tous les côtés de la route.

Pour ce qui est des réjouissances de mariage, le danger a été longtemps identifié et il se nomme ‘’cortège de mariage’’.  Il s’agit de cette ‘’fantasia’’ d’autos et de motos qui marque le transport de la jeune mariée à  son domicile conjugal.  Comme envoûtés par le démon (à  moins que ce ne soit celui inspiré par les yeux doux des filles d‘honneur), les conducteurs engagés dans ces cortèges fous se donnent en spectacle, en exécutant les manœuvres les plus osées  sous les ovations du public. Et la file endiablée de bolides se lance à  l’assaut des rues et des carrefours, dans un concert de klaxons et de cris démentiels des filles et garçons agrippés aux portières des véhicules. Et l’ange de la mort plane sur leurs têtes tout au long du parcours…

Assane Soumana

13 septembre 2013
Publié le 13 septembre 2013
Source : http://lesahel.org/

{module 583}