vendredi, 01 novembre 2013 10:17

L'air du temps : mieux vaut prévenir… !

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La saison froide s’installe de plus en plus dans notre pays. Les fortes chaleurs endurées pendant pratiquement toute l’année vont devoir faire place  à la fraicheur du matin et du soir. Ce froid vespéral qui oblige souvent les gens à se confiner au fond de leurs chambres, et à abandonner tout dans la cour.

C’est justement ce moment de faible animation dans les rues et dans les maisons que choisissent certains esprits malins pour tenter de commettre leurs forfaits en violant les domiciles des paisibles citoyens, ou en  défonçant  les portes des commerces pour les dévaliser.  Chaque année, en cette période, les gangs se reconstituent et se mettent en branle pour troubler le sommet des habitants de la capitale. De simples larcins, ils passent souvent à de véritables décentes chez leurs victimes, qu’ils spolient de leurs biens souvent sous la menace d’armes blanches ou même d’armes à feu.

Par le passé, Niamey a connu des cas extrêmement graves de vols à main armée. Heureusement, les services de la Police Nationale font preuve de beaucoup d’efficacité dans la traque des voleurs et autres malfrats terrés dans certains coins de la capitale. On a encore en mémoire les nombreux gangs, comme la ‘’bande à Zim’’, le ‘’gang du tousseur’’ ou le ‘’gang des coffres forts’’ etc., qui ont été démantelés et mis hors d’état de nuire grâce à l’abnégation, à  l’engagement et à la détermination des agents de la Police Nationale. C’est un travail délicat qui nécessite une vigilance permanente et une extrême  ténacité.  De jour comme de nuit, les bérets noirs sont sollicités pour maintenir  l’ordre et prévenir tout trouble. Une mission qui nécessite beaucoup d’engagement, mais aussi beaucoup de moyens. Mais quels que soient les moyens dont dispose notre Police Nationale, elle a besoin de notre coopération pour mener à bien sa mission. Au-delà des services de la Police, le maintien de la sécurité est une affaire de tous les citoyens. Nous devons avoir le réflexe de porter à la connaissance de la Police toute situation qui nous paraît suspecte ou susceptible de troubler la quiétude sociale. La passivité et l’indifférence conduisent souvent à des situations regrettables. Or, en matière de sécurité, il vaut mieux prévenir que guérir. Certains gangs parviennent à commettre leurs forfaits en bénéficiant souvent de la complicité passive de citoyens naïfs. Les exemples sont légions dans nos quartiers, où certaines situations anormales se produisent, sans que personne ne puisse informer la Police.  Et lorsque le pire arrive, il est souvent trop tard pour réagir. C’est une attitude à bannir si nous voulons continuer à dormir en toute tranquillité dans nos maisons.

Oumarou Moussa

1er novembre 2013
Publié le 1er novembre octobre 2013
Source : http://www.lesahel.org/

{module 583}