samedi, 14 décembre 2013 03:36

L'air du temps : Mandela, ce prophète

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Nelson Mandela NigerAprès une semaine pendant laquelle la chronique était dominée par des hommages des plus hauts dirigeants du monde, des témoignages de ceux qui l’ont côtoyé et des films-documentaires sur les moments forts de sa vie, on peut dire qu’on a déjà tout dit sur Nelson Mandela. On a parlé de sa grandeur. Il est réellement plus grand qu’on ne saurait le dire. On a parlé de ses qualités, elles sont inépuisables.

On a évoqué la noblesse de son combat et de l’idéal pour lequel il s’est battu toute sa vie, cela lui a déjà valu le Prix Nobel de la Paix. No comment ! Pour tout résumer, disons simplement que Nelson Mandela est la somme de plusieurs exceptions, en termes de vertus. Car, l’homme de Robben Island est exceptionnel à  tous points de vue. De 1918 à 2013, c’est-à-dire en près d’un siècle, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts pendant que lui relevait toutes sortes de défis. Il a traversé presque tout le 20ème siècle en le marquant de hauts faits, avant d’entamer le 21ème siècle. Durant ses 95 ans de vie, Nelson Rolihlahla Mandela, né le 18 juillet 1918 à Mvezo dans la province du Cap, a tout vu et vécu. Il a enduré les injustices et les violences du régime de l’apartheid, le don de soi pour le combat pour la cause de l’égalité entre les hommes, les souffrances de la clandestinité, la solitude et les intimidations derrière les barreaux, les travaux forcés et la précarité d’une vie de bagnard qui aura duré 27 ans. Et quand, le 11 février 1990, les portes de la tristement célèbre prison de Robben Island s’ouvrent devant le plus célèbre prisonnier au dossard N° 466-64, c’est une autre phase de la vie qui commence pour celui qui fut. Une fois dehors, le désormais leader incontesté du combat pour l’égalité des races reprit la lutte là où il l’avait laissée 27 plus tôt, mais cette fois-ci sur le front de la réconciliation avec le gouvernement du Président Frederik de Klerk. Grâce à sa clairvoyance et à sa ténacité, le leader charismatique de l’ANC obtiendra la fin de l'apartheid et l'instauration d'une démocratie non raciale dans ce pays longtemps pointé du doigt comme étant le pire berceau de l’injustice et des violations des droits de l’homme. Mieux, en 1994, il sera élu et investi Président de la République, devenant ainsi le premier Noir Président de cette grande puissance. Aux rênes du pouvoir, il a prôné le pardon et la réconciliation entre tous les fils de la Nation-Arc-en-ciel dont il est le père-fondateur. Ainsi faisant, le vieux sage a montré à  la jeune génération de l’Afrique du Sud et à celle du monde entier, que face à la violence et à l’injustice, il faut répondre par le pardon. Oubliant les souffrances endurées dans le maquis et la vie en clandestinité puis derrière les barreaux où il a cassé les cailloux, Madiba a eu la sagesse et la grandeur de tendre la main à ses bourreaux d’hie, afin de construire une Afrique du Sud sans haine ni inégalité. Devant une telle humilité, nombreux sont les observateurs qui n’hésitent plus à croire que Mandela a tout d’un prophète.
Dans un monde où on a souvent reproché à la jeune génération de manquer de modèle, nous disons simplement: en voilà un !

Assane Soumana

 

14 décembre 2013
Publié le 13 décembre 2013
Source : http://lesahel.org/

{module 583}

 

Dernière modification le samedi, 14 décembre 2013 04:27