vendredi, 03 janvier 2014 09:09

L'air du temps : des vœux et des mots…

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pendant que nous amorçons les premiers pas pour le long voyage des 365 jours que durera l’année 2014, l’heure est au jaillissement des espoirs et des projets. Tout comme à l’échelle des Etats et des institutions, le commun des mortels n’entend pas baisser le bras dans l’espoir de voir la concrétisation de ses vœux, les uns plus audacieux que les autres.

Aussi, pour le traditionnel échange de vœux du Nouvel An, on déroule tout un chapelet de souhaits allant de la prospérité au bonheur, de la santé à la longévité, de la joie à la paix, du succès à la réussite, etc.
A la lecture des faits, il apparait clairement que les vœux s’égrènent relativement aux soucis du moment. Ainsi, chacun allant de ses préoccupations, la longue liste des vœux s’étale diversement. Pour celui qui a des soucis de santé, l’espoir porte sur un prompt rétablissement pour l’année qui commence, les plus vieux misent sur l’espoir de la longévité, les plus pauvres espèrent avoir un peu d’argent pour sortir des griffes inexorables de la pauvreté, tandis que les plus nantis, eux, en demandent davantage. Pour leur part, les vieilles filles orienteront plutôt leurs vœux sur l’opportunité de pouvoir rompre enfin avec la rude vie de célibataire endurcie au seuil du nouvel an. Comme quoi, à  chacun ses problèmes.
Mais d’aucuns vous diront qu’on pourrait résumer le tout à la santé, la paix et la richesse. Pour eux, avec la santé, la paix, et la richesse, tout le reste suivra. Vous remarquerez ici que le ton est plus appuyé quand on invoque la richesse, ou plutôt, l’argent !… Et, c’est pourquoi pour prendre en charge les préoccupations d’ordre purement financier, on ne s’encombre plus de scrupules pour articuler à haute et intelligible voix les attentes ‘’ …et surtout de l’argent, beaucoup d’argent !’’. Et nous voilà bien relancés dans la polémique sur le fameux dicton selon lequel ‘’l’argent ne fait pas le bonheur’’. Il semblerait que de nos jours, beaucoup de gens en pensent le contraire. Toujours est-il que dans ce monde contemporain, la fortune est devenue un ingrédient incontournable pour aspirer à une vie épanouie. Peut-être n’ont-ils pas tort au regard des réalités de ce monde moderne où pour recouvrer la santé, il faut débloquer toujours plus d’argent ; pour aspirer à une quelconque réussite sociale, il faut disposer d’une certaine fortune,  et même pour assurer la paix, il faut disposer de moyens matériels et financiers conséquents, par ces temps où des groupes terroristes organisés  ambitionnent de devenir les maitres du monde. Mais, trêve de spéculations. Pour notre part, nous miserons surtout sur les vœux de paix pour le Niger tout entier et son peuple. Car, nous-en sommes convaincus, avec la paix, tout le reste suivra. Surtout au regard des ambitions louables que nourrissent nos plus hautes autorités mues par la volonté de faire du Niger un pays des grands chantiers.

Assane Soumana

03 janvier 2014
Pubié le 03 janvier 2014
Source : http://lesahel.org/

{module 583}