lundi, 03 février 2014 23:08

L'air du temps : c'était une époque...

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Assane SoumanaLa vie change. De nos jours, les choses ne sont plus les mêmes que ce qu'elles étaient il y a de cela quelques décennies. Normal, direz-vous: tout change! Mais quand on prend le cas précis des loisirs et des occupations quotidiennes de la jeunesse, les changements enregistrés en quelques décennies dépassent les limites de l'entendement. Les plus anciens assistent à cette métamorphose avec stupéfaction.

Ils se rappellent que jusque dans les années 80-90, les jeunes vivaient encore dans la dynamique des groupes d'amis au sein desquels s'organisait une vie radieuse et bien remplie, en termes de loisirs. C'était le temps des chaudes nuits de soirées dansantes, de bringue et autres boums. Regroupés au sein de groupes bien structurés, très dynamiques et solidaires, les jeunes trouvaient matière à s'épanouir.

Et tout était prétexte pour organiser une partie de danse. Ainsi, tout mariage appelle son ''bal de mariage'', une réussite aux examens est suivie d'un ''arrosage'', le départ d'un fonctionnaire affecté est fêté par un ''pot d'au revoir'', etc. Sans compter les bals des samedis soirs qui agrémentaient les week-ends. Et c'étaient des rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte pour tout jeune, fille ou garçon, qui sait exécuter des pas de danse experts. Et, il y a avait beaucoup ! En fait, à cette époque-là, chaque jeune se sentait l'âme d'un danseur aguerri. Enfin, à des degrés divers...Et le loisir se limitait à cela: se retrouver en groupes d'amis ou entre jeunes du même quartier pour se trémousser toute une soirée, jusqu'à l'aube, aux airs du disco, de la ''patchanga'', du makossa, du reggae, et bien d'autres variétés musicales, souvent en rivalisant de talents. Et à l'aube, tout le monde rentrait à la maison sans gène ni regret. Et aujourd'hui, c'est avec une amertume doublée de nostalgie que ceux qui ont vécu ces instants de boum repassent le film de ces soirées de rêve. Car, c'était une époque !....

De nos jours, rien de tout cela. La nouvelle génération s'est forgée une autre façon de vivre, d'autres modes de distraction. Aux yeux des moins avertis, il y a comme une sorte de léthargie qui règne. Mais ce n'est que le côté visible de l'iceberg. Car, pour sonder les réalités des loisirs des jeunes, il faut aller voir dans certains de leurs lieux de prédilection. Tout se passe en retrait dans les secrets des bistrots, des boîtes de nuit, et des sites de pique-nique comme la célèbre ''Pilule''. Là, loin des regards licencieux des parents et des plus anciens, les jeunes, filles et garçons, s'adonnent à toutes sortes d'extravagances. Allez faire un tour dans les bars que les orchestres animent certaines soirées, et vous vous ferez une idée plus précise du niveau de déliquescence de nos mœurs, notamment chez nos sœurs, dont la plupart ont pris leur liberté vis-à-vis des liens sacrés du mariage, pour se muer en ''rats de bistrots''.
Assane Soumana

 

3 février 2014
Pubié le 31 janvier 2014
Source : http://lesahel.org/

{module 583}

 

 

Dernière modification le mercredi, 05 février 2014 21:00