dimanche, 16 mars 2014 01:08

L'air du temps : Foire d’empoigne au niveau des carrefours

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Boulevard Mali BeroLes faits remontent à quelques semaines de cela, mais ils restent encore dans l’air du temps, tant les problèmes de la circulation se posent avec acuité à Niamey.

Par un samedi après-midi, aux environs de 18 heures, l’atmosphère était en pleine surchauffe au rond point sis en face à la Station Tamesna, sur le Boulevard Mali Béro de Niamey. Un embouteillage monstre s’est créé à ce point névralgique de la ville connu comme étant un véritable goulot d’étranglement par les usagers qui fréquentent la zone. Le drame, c’est que les voies qui convergent vers le rond-point sont toujours très animées, et comme pour compliquer les choses, les feux optiques ne fonctionnent plus depuis belle lurette, suite à  des actes de vandalisme. Une bande d’élèves en ire était passée par là !

 
Face donc à la situation d’impasse qui s’est créé, une policière en faction sur le rond-point prit les choses en mains en tentant de dénouer le nœud gordien. Alors qu’elle dégageait le passage pour permettre aux usagers venant d’un sens de passer, un chauffard visiblement très peu soucieux du respect de la loi, vint subitement fermer le couloir de passage que l’agent venait de créer pour décanter le trafic. Et quand, l’agent lui fit des remarques sur ce comportement très désinvolte, notre impertinent chauffard sauta du véhicule pour se jeter sur l’agent. Une rude bagarre éclata et l’impasse devint totale au niveau du rond-point avec l’afflux des badauds qui prirent d’assaut les lieux. Quant aux autres usagers, ils sont restés littéralement médusés devant ce manque de respect manifeste à la jeune représentante de la loi. Ce scénario, qui n’est qu’une illustration laconique des réalités de la circulation routière au sein de la capitale, en dit long sur le désordre qui règne dans les rues de Niamey. En effet, depuis un certain temps, les dispositifs mis en place pour réglementer la circulation au niveau des intersections ne fonctionnent plus. Et quand ils marchent, c’est souvent pour envoyer autos, motos et vélos se casser la gueule en plein carrefour.


Mais le calvaire ne se résume pas qu’au dysfonctionnement des feux optiques. Le problème le plus crucial découle surtout de l’indélicatesse de certains usagers qui ne respectent rien ni personne au niveau des carrefours. Comme s’ils se trouvent dans la cour d’enceinte de chez eux, certains conducteurs se comportent en véritables maîtres de lieux en parcourant les rues de Niamey. Dans un tel contexte, vous comprenez bien le pourquoi et le comment de la fréquence des accidents à Niamey. Comme quoi, les moniteurs des écoles de conduite automobile doivent songer, en plus de la maîtrise et du respect impérieux des panneaux de signalisation qui canalisent la circulation, au devoir de respecter les agents de la circulation et les autres usagers. Mais, me dira-t-on, tout est une question d’éducation...
Assane Soumana

16 mars 2014
Publié le 15 mars 2014
Source : http://lesahel.org/

{module 583}

Dernière modification le dimanche, 16 mars 2014 02:01