vendredi, 04 avril 2014 21:08

L'air du temps : ‘’Go slow’’ à Niamey

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Taxi NiameyUne incommensurable file d’automobiles s’étendant, pare-choc contre pare-choc, du Rond-point Justice jusqu’à la Place de la Concertation, et vice-versa, en passant par la devanture de l’Hôtel de Ville, la Place du Petit marché, avançant à pas de caméléon.

Ces derniers temps, avec le démarrage des grands chantiers, notamment de l’échangeur de la Place des Martyrs ou Rond-point Kennedy, la circulation est devenue synonyme de calvaire dans une bonne partie de la ville de Niamey. Ceux qui, auparavant se plaignaient des difficultés rencontrées dans les rues de la capitale, et qui sont pour l’essentiel inhérentes à l’indiscipline de certains usagers peu soucieux du respect des règles de bonne conduite, sont désormais bien servis. Eux qui ne tarissaient pas de jérémiades du fait des petits ‘’cafouillages’’ se trouvent actuellement condamnés à circuler en mode ‘’go slow’’. A titre d’exemple, pour rallier la distance allant de la Place de la Concertation à l’Hôtel de ville, en longeant le mur de l’ONEP, on peut, mine de rien, mettre plus d’une demie heure d’horloge! C’est surtout le cas quand vous empruntez, aux heures de pointe, la rue  principale avoisinant la Place du Petit marché où convergent toutes les voies menant vers le quartier des ministères. Le matin,  à l’heure où chacun est pressé de se rendre à  son service, le stress est total pour les automobilistes qui doivent relier certains points névralgiques de la ville. Dans un spectacle d’enchevêtrement d’autos, de motos et de véhicules à bras tractés par des gaillards incivils, l’impasse s’installe au niveau des points de rencontre.  Il faut prendre son mal en patience et suivre le rythme en tâchant de rester dans les rangs. Car la moindre manœuvre hasardeuse peut créer un embouteillage monstre pouvant mettre à rude épreuve les nerfs des agents de la circulation déployés un peu partout pour dénouer ces nœuds gordiens.
Le calvaire est tenace, mais le jeu en vaut la chandelle. On ne peut pas faire d’omelette sans casser des œufs, comme dirait l’autre. En effet, quand seront mises en place ces infrastructures modernes, les automobilistes pourront circuler à leur aise, comme c’est le cas actuellement au niveau de l’échangeur de l’avenue Mali Béro. Pour ceux qui se rappellent encore, ce Rond-point Mali Béro, où se dresse majestueusement l’échangeur, avait la réputation d’être la bête noire des usagers du fait, non seulement des embouteillages, mais surtout de la fréquence des accidents de la route. Aujourd’hui, rien de tout cela: tu choisis ta voie et tu passes en toute sérénité et en toute sécurité…
Aussi, en attendant la fin des travaux du chantier de l’échangeur de la Place des Martyrs, nous avons un seul conseil à donner aux automobilistes : veiller à ce que le réservoir soit assez garni en carburant pour éviter une panne sèche qui peut s’avérer plus pénible, aussi bien pour soi-même que pour les autres automobilistes partageant la même voie.

 

Assane Soumana

04 avril 2014
Publié le 04 avril 2014
Source : Le Sahel
{module 583}

Dernière modification le vendredi, 04 avril 2014 22:35