vendredi, 13 juin 2014 23:32

L'air du temps : Pour la joie des amoureux du ballon rond

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Fifa 2014 NigerC'est parti pour le Mondial 2014 ! Depuis hier, tous les regards convergent vers le pays légendaire du football. Aussitôt après le coup d'envoi officiel, qui a donné lieu à une cérémonie géante, l'équipe du pays d'accueil, la Seleçao, a fait son entrée dans le stade face à la Croatie. Pour la sélection brésilienne, l'enjeu est de taille.

Pour la beauté du jeu et pour satisfaire l'enthousiasme des supporters dans les stades, le Brésil, en tant que pays organisateur, a le lourd devoir de rester dans le jeu au moins jusqu'aux phases finales. Un pari haut en risques pour les joueurs de la Seleçao qui ont la lourde mission de redonner le sourire aux Brésiliens après des mois de grogne sur fond d'échauffourées ayant secoué le beau pays de Pelé. Mais on peut compter sur la magie du football pour revigorer l'enthousiasme des Brésiliens, et faire vibrer, tout au long de ce Mondial, les stades qui doivent accueillir les grandes explications footballistiques. Surtout que, pour sa première sortie, la Seleçao a annoncé les couleurs pour attester de la survivance de sa légendaire virtuosité.

Pour ce qui est des fans du ballon rond se trouvant dans le reste du monde, les télécommunications feront le reste. Pour suivre les matches qui seront retransmis en direct, les férus du foot ne se feront pas prier. Ils seront là devant l'écran pour suivre, ovationner, pronostiquer, critiquer, voire se chamailler, pendant tous les matches. Les écrans géants dressés dans les places publiques de presque toutes les grandes villes du monde, seront prises d'assaut. Dans les foyers, les conflits éclateront autour de la télécommande, quand Madame voudra suivre le feuilleton télévisé sur Nollywood ou Maïsha, au moment où Monsieur n'entend rater aucune action du match en cours. Pourvu que la grogne, qui a semé la tourmente dans les rues des villes brésiliennes à la veille du Mondial, ne se répande pas dans les foyers. Mais pour les amateurs de football vivant dans certains de nos pays africains, la menace a un autre nom: délestage ! Vous suivez un match des plus palpitants, et au moment où le match devient serré, le courant vous lâche et l'écran devient noir. Que de grincements de dents et de cris de réprobations !

Déjà hier à Niamey, à l'entame du match d'ouverture, les téléspectateurs en ont eu un avant-goût quand les coupures se sont répétées au moment où se déroulait la partie. Mais nous osons croire que ceci n'est qu'une fausse alerte et que le ''jus'' sera toujours au rendez-vous pour la grande joie des ''accro'' du football.

Assane Soumana

14 juin 2014
publié le 11 juin 2014
Source : Le Sahel
{module 583}

Dernière modification le vendredi, 13 juin 2014 23:44