vendredi, 29 mai 2015 12:57

L'air du temps : Quand les pluies tardent à tomber

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pluie NiameyA l’heure actuelle, nos laborieuses populations rurales sont dans l’expectative. En effet, les paysans ont soigneusement préparé les champs, et retroussé leurs manches, attendant les premières grandes pluies des semailles. Aussi, en ces moments, tous les regards sont tournés vers le ciel. 

Il est vrai que des signaux ont été déjà donnés dans certaines localités qui ont été chichement arrosées, mais force est de constater que la saison tarde à  s’installer. En effet, alors que nous nous évoluons vers la fin de la première décade du mois de juin, aucune pluie décisive pouvant permettre les premiers semis n’a encore été enregistrée. Face à cette situation, beaucoup d’observateurs se posent des questions. A Niamey particulièrement où il  y a quelques semaines, sévissait une épidémie de méningite, les gens attendent avec impatience ces pluies qui, dans l’imagination populaire, viendraient chasser toutes ces calamités que nous endurons à cause de la canicule, elle-même cause de calvaire.  Hélas, point de nuage sur le ciel niaméen. Les quelques manifestations pluvi-orageuses enregistrées n’ont pas donné le résultat escompté. En lieu et place de la pluie bienfaitrice, nous avons plutôt eu droit à un… bain de poussière ocre.


Signes d’un bouleversement climatique? Sans doute, vous diront les spécialistes des changements climatiques. Mais à Niamey, certains observateurs se sont déjà fait une idée de la cause du retard de la saison. L’autre jour, un monsieur, qui s’exprimait à l’antenne d’une radio de la place, soutenait mordicus que cette situation n’est autre que la conséquence de notre comportement. Il a clairement indexé l’aspect impudique du mode vestimentaire de nos jeunes sœurs et autres extravagances des jeunes. Comme beaucoup d’autres observateurs, cet auditeur pense que c’est là le signe évident de la colère de Dieu contre les habitants de la cité. Soit ! Mais, il ne faut pas aussi oublier que la nature a elle-même ses sautes d’humeur, et qu’il faut faire avec.
Assane Soumana(onep)

29 mai 2015
Source : http://lesahel.org/