vendredi, 05 juin 2015 05:23

L'air du temps : Ces folles dépenses de prestige

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Assane SoumanaSi les cérémonies de mariages et de baptêmes sont des occasions de se rencontrer pour célébrer un événement heureux, pour certaines femmes (la plupart d’ailleurs !), ces réjouissances constituent un cadre idéal pour se faire voir et se mesurer aux autres.

Dans un spectacle digne d’un vrai challenge, elles jouent à  se faire remarquer en exhibant aux yeux des plus envieuses leurs moyens financiers. Souvent le challenge prend l’allure d’un véritable concours de beauté où la cherté des habits et des bijoux fait la différence.
Que les femmes jouent à se narguer entre elles, le temps d’une cérémonie de mariage, cela ne dérange en rien les hommes. Peut-être même qu’on devrait les y encourager pour que la beauté triomphe toujours. Malheureusement, cette coquetterie à  outrance a un prix qu’il faut  payer. Et ce ne sont pas les femmes elles-mêmes qui supportent l’ardoise. Dans la plupart des cas, ce sont les portefeuilles des maris qui en pâtissent. Et comme les réjouissances de mariages et de baptêmes n’en finissent pas, une cérémonie annonçant une autre, les hommes sont toujours sur des ‘’braises’’, leur générosité étant constamment sollicitée pour faire face à ces dépenses inutiles et à n’en point finir.
Pour celles d’entre elles qui n’ont pas la chance de trouver un homme assez fortuné et généreux pour assurer les charges de leurs extravagances, il faut savoir manœuvrer. Pour ne pas se laisser distancer dans la course au ‘’m’as-tu vu’’, certaines femmes n’hésitent même pas à s’endetter jusqu’au cou. D’autres dames, dont les maris rechignent à se prêter au jeu de ces folles dépenses de prestige, n’hésitent pas à utiliser l’argent destiné aux dépenses domestiques pour pouvoir bien s’habiller lors de ces cérémonies. Dans un cas comme dans l’autre, ce sont des sommes faramineuses qui sont investies dans des bazins, sacs à mains, bijoux à la mode pour ravir la vedette aux autres femmes. Ces derniers temps à Niamey, le challenge va jusqu’à inclure la qualité de la voiture. Ainsi, pour faire la grande dame, il faut se rendre aux cérémonies dans une rutilante 4x4, de préférence avec de grosses lunettes de charme qui barrent le visage, et surtout savoir garer la somptueuse voiture là où elle sera le plus visible. Jusqu’où iront nos sœurs dans la course pour le prestige ?

Assane Soumana (onep)

05 juin 2015
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 05 juin 2015 06:11