Sanef 2018

vendredi, 10 juillet 2015 02:37

L'air du temps : Les jeunes face aux dépenses de la fête

Évaluer cet élément
(0 Votes)

IDI Karami 1Le mois du Ramadan tire inexorablement à sa fin et les fidèles amorcent avec assurance le dernier virage de la semaine du mois béni du Ramadan. Comme a pu le constater, tout au long de ce mois de grande piété, on peut dire que le monde a quelque peu ‘’soufflé’’ avec des journées monotones et des nuits de profond recueillement devant les mosquées. Les ‘’bouches fielleuses ’’ et les ‘’langues fourchues’’ ayant tout perdu de leur ‘’venin’’, la vie sur terre a été, en l’instant d’un mois de totale absolution, ce long fleuve tranquille dont on peut rêver.

Hélas, cette atmosphère ‘’bon enfant’’ relève du domaine de l’éphémère ! Car les premières notes de déconvenues s’affichent au grand jour dans le feu des préparatifs de la fête du Ramadan. Bientôt, l’on renouera avec les actes de filouterie, d’arnaque et d’autres pratiques peu recommandables. Les premières étincelles de la discorde commencent déjà à jaillir entre les jeunes filles et les garçons qui sont pris dans une sorte de jeu du chat et de la souris, à propos des frais nécessaires à l’achat de l’indispensable tenue de fête. Instants de doute et d’anxiété pour tous les jeunes prétendants pouvant se prévaloir du titre de ‘’titulaire’’. Ces derniers doivent en effet faire la preuve de leur générosité à l’égard de leur bien-aimée en mettant la main à la poche. Si dans la plupart des cas tout se passe en douceur et sans anicroches, dans beaucoup d’autres couples, ce sont la brouille et le malaise qui s’installent. Une situation qui a d’ailleurs été au centre d’un débat suscité cette semaine par un blogueur bien connu de la place sur les réseaux. Il ressort des échanges entre les jeunes que certains garçons peu soucieux de contenter leur copine vont jusqu’à échafauder des stratégies pour ne pas honorer leurs engagements à l’égard de celles qui les ont toujours gratifiés de leur fidélité. Aussi, en ces moments où ils doivent ‘’assumer’’, certains jeunes gens font feu de tout bois pour ne pas débourser les frais des habits de fête.  Une des stratégies consiste à prendre leurs distances dès l’approche du mois de Ramadan pour ne pas avoir à supporter l’ardoise du sucre et des habits de fête, quitte à réapparaitre quelques semaines après la fête de Ramadan. D’aucuns n’hésitent pas à user de mille stratagèmes pour créer un conflit sans base réelle entre eux et leurs copines pour ne pas avoir à supporter les frais du Bazin ou du Gezenner. D’autres jouent carrément aux abonnés absents. Aussi, la chérie à beau lancer des appels téléphoniques, des messages ou des bips, Monsieur reste de marbre en faisant semblant qu’il n’a rien vu et entendu. On aurait même vu certains garçons enlever la batterie de leur téléphone pour disparaître dans la nature pendant un bon bout de temps.


Et quand passera la fête et la tempête dépensière, il faut revenir sur ses pas pour tenter de recoller les morceaux. Pour cela, il faut savoir trouver les arguments plus convaincants. Sinon, tu te ‘’casses’’ à jamais !

Assane Soumana(onep)

10 juillet 2015

Source : www.lesahel.org

Dernière modification le vendredi, 10 juillet 2015 03:56