samedi, 09 janvier 2016 00:48

L'air du temps : 2016, en toute assurance

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Bonne Annee 2016Exit l’année 2015 et son cortège d’événements tantôt heureux, tantôt déprimants. Fini aussi le brouhaha de la fête du réveillon avec ses pétarades assourdissantes et ses guirlandes scintillantes. Revenons sur terre et abordons l’Année nouvelle en toute sérénité. Mais là, nous voilà face à une vraie gageure ! Car, l’Année 2016 pointe le nez à un moment décisif où le Niger se prépare à aller aux élections générales. Et déjà l’atmosphère est marquée par le réveil des vieux démons de la ‘’politicomanie’’ que les Nigériens n’ont, de toutes les façons, pas fait l’effort d’exorciser. 

Et voilà que, depuis des mois déjà, l’on assiste à une pesante cristallisation de la vie nationale sur la chose politique. Aujourd’hui, beaucoup de nos compatriotes jubilent d’enthousiasme à l’idée de se vautrer dans la soupe politico-politicienne assaisonnée de rumeurs et de délations.  Ainsi, dans les salons cossus, dans les fadas, et dans les médias de la place, les commentaires vont bon train et la passion est très vive.
Le plus agaçant dans tout cet embrouillamini, c’est de constater comment les gens aiment cette hystérie collective qui va jusqu’à nous détourner de certaines valeurs chères à notre société et  qui se résument au respect de l’autre. Ainsi, en lieu et place du débat d’idées et de la confrontation des arguments, d’aucuns ont réussi à ramener le niveau du débat au plus bas niveau en y introduisant les pires insultes et la vilénie. C’est ainsi que certains activistes de différents bords politiques, qui excellent dans l’art de jeter l’opprobre sur ceux d’en face, nous abreuvent de messages insalubres. Et les réseaux sociaux sont là pour leur servir  de boulevard de prédilection.
Certains y trouvent l’occasion de pousser l’inconscience jusqu’à tenir des propos boutefeux et proprement incendiaires, du genre à remettre en cause les fondements de l’unité nationale, de la fraternité et de la paix au Niger. Devant cet état de fait, il incombe à tous et à chacun de saisir le vrai sens d’une élection. Aller aux élections, c’est garder son calme et laisser le choix du peuple s’exprimer en toute liberté, dans un climat d’apaisement. Agir autrement, c’est remettre en cause, et en bloc les acquis démocratiques.
Voilà pourquoi, pour avoir bien mesuré les risques graves auxquels les comportements de certains petits politiciens zélés exposent notre pays, les chefs traditionnels ont jugé utile de monter au créneau, hier,  pour appeler l’ensemble des acteurs de la vie politique, à plus de retenue et de sagesse pour créer les conditions idoines à même d’aboutir à des élections libres, transparentes et apaisées. Puisse leur appel être entendu!
Assane Soumana(onep)

08 janvier 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le samedi, 09 janvier 2016 10:23