samedi, 30 janvier 2016 05:29

L'air du temps : A partir de demain, la campagne électorale

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Assane SoumanaC’est demain samedi, à partir de 00 heure, que sera lancée la campagne pour le premier tour de l’élection présidentielle. A partir de là, jusqu’au au vendredi 19 février 2016 à 24 heures, notre pays vibrera au rythme des manifestations liées à la propagande des partis politiques.

Il y aura des veillées d’armes au niveau des directions de campagne des différentes formations politiques. Des hangars de campagne chamarrés aux couleurs des formations politiques en présence seront érigés dans chaque coin de rue et de ruelle, aussi bien dans nos villes que dans nos villages.

Il y aura des regroupements de jeunes pour chauffer l’atmosphère, jour et nuit, au niveau des hangars à coup de musique et de slogans vantant les mérites de tel candidat et ou de sa formation politique. Et, comme si la compétition se jouait déjà sur l’occupation des carrefours et autres points névralgiques de la ville, les partis politiques se livreront à une course sans merci pour l’occupation des espaces publics.

Le challenge se jouant à coups de larges banderoles et de portraits géants des candidats qui seront affichés ici et là, pour des raisons de visibilité, dès les premières heures marquant l’ouverture de la campagne, des contingents entiers de jeunes militants des partis se lanceront à l’assaut des carrefours et des angles les plus en vue de la capitale, ainsi que dans les autres villes du pays. C’est à qui sera le premier à dérouler sa banderole aux points les plus fréquentés. Chacun y allant de la couleur de son parti ou du portrait de son candidat, avant le petit matin déjà, presque tous les carrefours brilleront de mille couleurs. Il y aura le ballet des rutilants véhicules 4x4 lancés, en rase campagne, à l’assaut des routes et des pistes pour aller jusqu’aux confins du pays, à la rencontre des électeurs.

S’y ajouteront aussi les rallyes des autos et des motos entièrement couvertes d’affiches ou arborant le portrait d’un candidat. Il faudra aussi faire avec le vacarme la haute sono distillée dans les quartiers par des haut-parleurs, tant au niveau des hangars que sur des véhicules ambulants, pour casser les tympans des riverains et des passants.

Passe le brouhaha de la campagne ! Cependant, il n’est pas trop d’inviter les uns et les autres à plus de tolérance en acceptant scrupuleusement les règles du jeu démocratique. Les militants doivent se contenter de battre campagne sans jamais se battre. Du reste, il ne saurait y avoir quelques inquiétudes de ce côté, car on sait que les Nigériens sont passés maitres dans l’art du jeu démocratique. En effet, que de scrutins organisés dans les règles de l’art, dans le fair-play, et sans la moindre anicroche. Pour le reste, nous pouvons faire confiance à la CENI, qui a déjà fait les preuves de son indépendance et de sa clairvoyance dans la gestion des grands dossiers, pour nous gratifier d’élections saines, crédibles et apaisées.

Assane Soumana

29 janvier 2016
Source : http://lesahel.org/

Groupe Hiza 01

Dernière modification le samedi, 30 janvier 2016 06:55