vendredi, 26 février 2016 06:58

L'air du temps : Querelles sur la toile

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Assane SoumanaCes derniers temps, tandis que tous les esprits sont fixés sur la publication des résultats des élections présidentielle et législatives du 21 février dernier, les jeunes militants des partis politiques lancés dans la course au Palais présidentiel, eux, se ruent sur les réseaux sociaux. Facebook, terrain de prédilection pour les jeunes internautes, explose sous l’effet des ‘’post’’ intempestifs des jeunes défendant la cause de tel candidat ou  de tel autre. Avec ça, le décor est tout planté : une situation de dualité où les avis des uns s’entrechoquent contre ceux des autres d’en face.

Entre les deux camps, la polémique s’instaure et enfle au gré de la flamme  de l’antagonisme des idées émises d’un camp à l’autre. Conséquence, ça se chamaille dans tous les sens, souvent dans un langage ordurier. Cachés derrière l’écran de leurs ordinateurs ou  de leurs smartphones, ces jeunes gens s’engagent dans une confrontation d’idées dans cet univers virtuel du Web, à  coup de mensonges et d’intox.  Là éclatent les ‘’cyber-querelles’’ les plus torrides où les insultes et les critiques acerbes fusent de tous les côtés. Pour un ‘’oui’’ ou un ‘’non’’, l’interlocuteur, pourvu qu’il ne soit du même avis, se voit traité de tous les noms d’oiseaux. Et nous voilà au cœur de l’impolitesse à l’état pur. Pour vous faire une idée précise, allez voir un peu la nature et le ton des échanges d’idées (disons d’invectives !) entre les jeunes internautes dans des groupes comme ‘’ 1 Million de Nigériens sur Facebook’’ et ‘’500.000 Nigériens sur Facebook’’…
Plus intolérable, est le mauvais traitement réservé à nos leaders politiques. Ces derniers sont caricaturés et vilipendés de la façon la plus malpropre par des enfants qui, dans certains cas, n’ont même pas l’âge de leurs fils cadets. Une telle situation nous interpelle tous sur la faillite de certaines valeurs propres à  notre société où le respect dû aux ainés, de surcroît des leaders, n’est guère négociable. Pire, tout en foulant du pied les valeurs morales de la politesse et de la responsabilité, beaucoup  de nos jeunes internautes font preuve d’insouciance par rapport aux valeurs sacro-saintes  de l’unité nationale. Voilà des aspects sur lesquels l’on ne saurait les laisser-faire. Car la paix et la quiétude sociales sont mises à  rude épreuve. Aussi, il est temps que la rigueur de la loi s’applique à certains animateurs de ces réseaux sociaux dont les agissements créent les germes de la division et de la haine.

Assane Soumana(onep)
26 février 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 26 février 2016 07:23