Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

vendredi, 02 juillet 2010 23:08

L’air du temps : soignons le mariage, arrêtons l’hémorragie financière !

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dot faramineuse, valise et parures pour les jeunes mariés, orchestres et uniforme pour les filles d’honneur, cadeaux plus ou moins obligatoires à faire par-ci par-là, bref, tout un chapelet de dépenses connexes et incompressibles ! Conséquence, le mariage, cette noble institution dont la seule vocation est de lier, pour le meilleur et  pour le pire, deux âmes sœurs désireuses de fonder leur foyer, n’est plus
ce qu’il était. Car, de nos jours, l’argent a pris le dessus et le mariage rime plus avec ostentation qu’avec liaison amoureuse. Tout se passe comme si la célébration des mariages est tombée dans une logique de challenge où il faut faire étalage de sa fortune, le temps d’un mariage. Disons, une fortune de façade ! Car, on le sait (puisqu’on se connaît tous), la plupart des jeunes mariés se retrouvent à la fin, les yeux tout rouges, parce qu’endettés jusqu’au cou. Et c’est avec ces mêmes yeux rouges et pleins d’intolérance qu’on accueille la ‘’amaria’’ vue sous la peau d’une ruineuse. Le plus curieux est que, dans certains cas, l’initiative de la surenchère vient du futur jeune marié, qui obnubilé par le désir de faire la différence, histoire peut-être de dire  que sa belle promise n’a rien d’une ‘’nana à 2 sous’’. Vous pouvez toujours nous rétorquer que cela ne regarde que les intéressés, puisqu’il s’agit de leur argent et pas du nôtre. Mais là, nous faisons remarquer que nous sommes dans le domaine d’un phénomène de société où l’effet du mimétisme joue un grand rôle. Dans un tel cas de figure, il est nécessaires que ces extravagances soient contenues, étant entendu que nul n’a le droit de compliquer la vie des autres, en introduisant dans le mariage des pratiques aussi futiles que contraignantes que ces histoires de valise, d’uniforme et autres absurdités propres à engendrer des dépenses ostentatoires. Tout ceci pour dire que le nouvel administrateur délégué de la Communauté Urbaine de Niamey a vu juste : le mariage est devenu un mal nommé ‘’hémorragie financière’’ et il faut soigner ce mal à la racine. En le débarrassant du démon de l’ostentation, le Capitaine Idé Seyni, de concert avec les autorités coutumières de la capitale, redonnera au mariage toute sa valeur et son sens de départ. A 200.000 FCFA, le coût est raisonnable et offre aux amoureux l’opportunité de convoler en justes noces au lieu de se complaire dans le ‘’maquis’’ des liaisons illégitimes. Il revient désormais aux uns et aux autres de savoir saisir le bon bout de cette mesure en l’accompagnant du sérieux et de l’engagement que mérite l’institution du mariage. Car, cette aubaine accordée aux hommes peut inspirer certains esprits malveillants qui n’hésiteront pas à aligner, coup sur coup, mariages et divorces. Aux filles et à leurs parents de faire preuve de vigilance pour éviter de tomber dans le piège de tels individus sans scrupule.
Assane Soumana

03 juillet 2010
Publié le 02 juillet  2010
Source : Sahel Dimanche
Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15