Forfait Albarka

L'air du temps : exit la ‘’Pilule’’ et le chicha, vive le wifi-club !

Niger Telecom - Zone Wifi Gratuit à  NiameyExit les escapades démentielles à la ‘’Pilule’’ et les virées dans les lieux vaporeux des Chicha Clubs ! Vive les Wifi clubs ! Après l’interdiction de la fréquentation de la fameuse plage de la ‘’Pilule’’ ainsi que des Chicha-clubs, les jeunes rechignent à…avaler la pilule, pour se résigner dans l’ennui du grabat et de l’attentisme. Non, côté loisirs, ces jeunes-là savent innover !

Vous l’avez sans doute constaté, ces derniers temps, le flamboyant jardin public sis entre le Ministère de l’Agriculture et les bureaux de Niger-Télécoms, est chaque soir bondé de jeunes gens. Leur motivation ? En plus du cadre de détente que constitue cette place devenue le lieu de prédilection pour des centaines de jeunes, garçons et filles, le jardin offre aux randonneurs l’accès libre et gratos à la connexion internet via le wifi ouvert de la société Niger-Télécoms. Quelle aubaine pour cette jeunesse qui ne demande qu’à tchatcher et à se répandre sur les réseaux sociaux.

Ici et là, on les voit, débout et concentrés sur leur téléphone ou tablette tout au long du mur d’enceinte des locaux de l’opérateur NT. Au niveau du jardin où se trouve la grande masse, les uns assis sur les bancs, les autres à même le sol dans le gazon verdoyant, en petits groupes ou en solitaire, mais chacun scotché à l’écran de son smartphone. Les claviers craquent et les messages s’allongent sans fin. Pour certains accros à l’image, les caméras crépitent pour des photos selfies aussitôt prises aussitôt mises en ligne sur Facebook ou WhatsApp. Il en est ainsi toute la nuit.

Que dire devant ces images, sinon que l’Internet, les gens en demandent et en redemandent à Niamey. Cette louable initiative de Niger-Télécoms consistant à ouvrir le réseau internet aux riverains a prouvé que les jeunes trouvent mieux à faire que de se rencarder dans des lieux de loisirs peu recommandés hantés par les démons de la délinquance et de tous les périls.

Partant de cette expérience, il apparait clairement que des efforts doivent être faits dans le sens de multiplier des places publiques connectées dans les différents quartiers de la ville de Niamey. Car, il vaut mieux une jeunesse ouverte sur le reste du monde via l’Internet qu’une jeunesse qui court les rues et dans les coins sombres de la ville pour des virées licencieuses. En cette période de vacances notamment, ces points d'accès sans fils partagés sont à encourager.
En tout cas, chapeau Niger-Télécoms !

Assane Soumana(onep)

15 septembre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

L'air du temps