L'air du temps : Baroud d’honneur dans l’Anzourou

Il y a comme un vent de débâcle et de panique qui plane sur la tête des groupes armés qui pensaient pouvoir imposer leur loi implacable en attaquant nos vaillantes FDS et en terrorisant lâchement les paisibles voyageurs dans le Nord Tillabéri. En effet, depuis le passage, il y a quelques jours, des forces du G5 Sahel engagées dans une première opération de ratissage de toute la bande frontalière du Mali jusqu’au Burkina Faso en passant par le Niger, le calme est brusquement revenu de part et d’autre des frontières entre les trois pays. Pourchassés de tous les côtés, les terroristes de Mujao et autres bandits armés ne savent plus où se tapir pour échapper à la puissance de feu des éléments de la force commune.

C’est dans ce contexte délétère que, mardi dernier, un groupe d’hommes armés (sans doute des terroristes égarés de Mujao) ont pensé pouvoir agir impunément en s’en prenant à des paisibles voyageurs dans l’Anzourou. Mal leur en a pris ! En effet, sans doute parce qu’ils ont compris que la peur a désormais changé de camp, pour avoir vu ces mêmes terroristes, détaler tels des lapins pour se fondre dans la savane, lors du passage des hommes du G5 Sahel, les habitants de l’Anzourou ont pris leur courage à deux mains pour laver l’affront. C’est ainsi que, piqués à vif, quelques bras valides écidèrent de régler l’affaire ‘’d’hommes à hommes’’. Armés de leur courage, ils enfourchèrent des motos pour se lancer aux trousses des assaillants pourtant armés jusqu’aux dents, avec des armes de guerre et autres. La chasse à l’homme ne sera pas longue. Fonçant comme des forcenés, sans se fier aux crépitements des armes des assaillants, nos braves ‘’Maïga’’ arrivent à prendre le dessus sur les bandits en maîtrisant quatre d’entre eux, les deux autres ayant réussi à prendre la fuite laissant derrière eux tout un arsenal de guerre composé de fusils d’assaut et d’importantes quantités de minutions.

Force est de reconnaitre que cette action audacieuse menée dans l’Anzourou, même si elle s’est soldée par la mort d’un des braves poursuivants des assaillants, constitue un véritable baroud d’honneur qui servira de leçon aux bandits qui rôdent dans la bande Nord de la région de Tillabéri. Ces derniers doivent comprendre qu’après la dispersion de Boko Haram dans la région du Manga, leur tour est venu de goûter à l’amertume de la défaite et de la cavale sans issue.

Assane Soumana(onep)

17 novembre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

L'air du temps