L'air du temps : Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d’état de nuire plusieurs malfrats composant deux bandes criminelles et trois groupes excellant dans le vol à mains armées au sein de la ville Niamey. Les images de tous ces gangsters organisés en groupes, telles que présentées par les médias de la place, ont sans doute donné des sueurs froides aux paisibles citoyens.

Mais ce qu’il faut retenir, c’est qu’en démantelant tous ces hideux malfrats, la Police nationale vient une fois encore nous rassurer sur le fait que le banditisme ne passera point et que force restera toujours à la loi. Aussi, c’est l’occasion de demander aux Forces de Sécurité de redoubler d’efforts pour débarrasser la capitale de toute cette racaille qui guette les rues et les ruelles, souvent armée d’armes à feu ou de machettes pour sabrer les paisibles passants. Il se trouve en effet que ces derniers temps, les cas de motocyclistes agressés et blessés à coups de coupe-coupe deviennent de plus en plus fréquents dans certains quartiers périphériques de Niamey.

Etant entendu que ces actes ignobles sont généralement perpétrés par des jeunes désœuvrés qui pensent pouvoir prospérer par le vol et le crime, la menace mérite d’être prise au sérieux. Aussi, pour barrer la route à tous ces malfrats, il ne serait pas de trop d’envisager des opérations musclées de grande envergure, telles qu’on avait l’habitude de les voir les années 80-90 où, pour le moindre crime commis dans un quartier, toute une armada d’éléments des FDS débarquait pour quadriller la zone et y déloger les malfrats. Je me rappelle encore de cette vaste opération dénommée ‘’Tempête’’ au cours de laquelle la police a investi Rouba, le tristement célèbre repère des gangs de Boukoki. A elle seule, cette opération a suffi pour briser définitivement le mythe de l’invincibilité des gangs de Rouba.

Aujourd’hui encore, des actions musclées du genre, dans les zones connues comme étant à risques, pourront permettre de briser les ailes à toutes ces bandes criminelles qui sèment la terreur sur la ville de Niamey.

La sécurité des paisibles citoyens n’ayant pas de prix, il n’est jamais de trop de demander la mobilisation des éléments de différents corps habillés à travers les rues et les ruelles de la capitale pour des patrouilles nocturnes. Pour leur part, les populations doivent apporter leur précieuse collaboration aux FDS. Car, il n’est plus besoin de le démontrer, la sécurité est l’affaire de tous.

Assane Soumana (ONEP)

19 avri 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

L'air du temps