L'air du temps : Chassez le naturel, il revient au galop…

Ce n’est pas de gaité de cœur de le constater et de le dire. Hélas, tout semble montrer qu’à Niamey, nous sommes mal partis pour gagner le pari de la salubrité dans la ville. Comme si les déchets avaient décidé de faire la résistance en s’affichant inexorablement dans le paysage de notre capitale, aussitôt qu’on les ramasse, ils réapparaissent avec plus d’intensité.

La preuve nous a été donnée le lundi 22 avril dernier après l’opération de salubrité publique organisée par les Forces de défense et de sécurité (FDS) dans certains quartiers de la ville de Niamey. En effet, au cours de cette opération de ratissage (d’ordures), les éléments des FDS se sont courageusement armés de râteaux et de balais pour donner l’assaut contre ces déchets ‘’rebelles’’ qui s’amoncelaient aux bords des grandes artères.

Le combat a été rude, mais une fois de plus, nos vaillantes FDS ont pris le dessus sur les déchets (dans le rôle d’assaillants). C’est ainsi que, comme nous avons pu le constater, du Camp de la Gendarmerie Koira Tégui jusqu’à l’échangeur Mali Béro, en passant par des zones potentiellement insalubres comme Lazaret et Tourakou, les ordures ont été… anéanties, vaincues et dégagées. Aussi, à la fin de l’opération, sur tout le parcourt de la zone d’intervention, ce sont des bordures propres comme on ne pouvait jamais l’imaginer qui s’offraient à la vue des passants. Pas l’ombre de tas de déchets à l’horizon !

Malheureusement, cette nette victoire des FDS sur le phénomène de l’insalubrité ne fut que de très courte durée. En effet, avant même la tombée de la nuit, la nature a repris ses droits avec le retour des déchets plastiques de tous les côtés de cette voie principale. Certes, il y a la part de ces rafales de vent qui avaient balayé la ville de Niamey dans l’après-midi, en entassant aux abords de cette même route des amas de sachets plastiques, de paille sèche, de feuilles d’arbre et de papier, etc. Mais, la part de certains citoyens très peu soucieux de leur devoir de participer aux efforts de salubrité urbaine n’est pas non plus négligeable. Ainsi, les ‘’faba-faba’’ et leurs usagers n’étaient pas en reste pour faire le…sale boulot. Comme dit l’adage, chassez le naturel, il revient au galop…

Au-delà de l’anecdote de cette journée de salubrité publique organisée par les FDS, qui n’est qu’un exemple comme tant d’autres, nous savons tous où se trouve le vrai problème en matière de salubrité à Niamey : c’est ce cercle vicieux qui fait que quand les uns nettoient, les autres salissent. Et contre un tel comportement, les services compétents se doivent de sévir sans faiblesse. Car, on ne construit rien de grand avec complaisance et sans fermeté.

Assane Soumana (ONEP)

26 avril 2019
Source: http://www.lesahel.org

Imprimer E-mail

L'air du temps