vendredi, 22 mars 2013 08:07

Salon International de l’Hôtellerie et du Tourisme (SAHOT) à Tahoua : e tourisme, moteur de croissance et de développement

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les autorités de la 7ème  République, à  travers le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat, font de la promotion touristique et artisanale leur cheval de bataille. Toutes leurs actions concourent à l’amélioration du taux d’occupation de nos établissements hôteliers, au développement du commerce et de l’artisanat afin de relancer véritablement la destination Niger.

C’est dans cette optique, et dans le cadre des activités du SAHOT (), que la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mme Yahaya Baaré Aoua Abdou, en compagnie d’une forte délégation, a effectué le vendredi 22 février dernier, une série de visites sur le site des dinosaures de la commune rurale de Kao, située à une centaine de kilomètres de Tahoua, et à la mare de Tabalak (50 km du chef-lieu de la région) qui s’étend sur 15 km et qui offre aux visiteurs des traversées insolites en pirogue. Il s’agissait, pour la ministre en charge du Tourisme qu’accompagnaient des professionnels des secteurs du Niger touristiques du Nigeria, du Mali, du Burkina Faso, des chercheurs scientifiques et des partenaires, de visiter ces sites, de mieux les faire connaître au grand public à travers la presse nationale et sous-régionale.

 

A travers cette excursion, les acteurs du tourisme affirment la nécessité de donner un nouveau souffle à ce patrimoine culturel. La richesse, la diversité touristique, l’industrie culturelle légendaire de cette région ont trouvé leur credo d’expression à travers des événements comme le Salon International de l’Hôtellerie et du tourisme. Livrant ses impressions suite à  ces visites, la ministre en charge du tourisme a confié que le thème du SAHOT ‘’développement du tourisme, levier du développement du tourisme international’’ est la nouvelle dynamique qu’entend insuffler le Ministère  pour faire de ce secteur un facteur de développement économique et social durable à travers plusieurs actions. ‘’Nous venons de visiter ces sites qui regorgent de potentialités et  de richesses, mais qui malheureusement ne sont pas protégés et ne sont pas du tout connus. Je crois qu’il revient au Ministère de prendre attache avec les autorités locales afin de protéger ces potentialités, et nous à notre niveau, de faire des propositions dans le cadre de la promotion de la destination Niger qui est très importante pour nous, car nous n’avons rien à envier aux autres pays. Ainsi seulement on pourra faire la promotion de ces produits’’, a-t-elle indiqué. 

Au niveau du site des dinosaures de Kaou, les visiteurs ont pu contempler des fragments de tortues géantes enfouis dans le sable, tels que des têtes, des dents, des carapaces ; ils ont également vu des fémurs de grands dinosaures qu’on appelle ‘’jobara’’, des coquillages, des mâchoires, des carcasses de serpents, vieux de plus de 100 millions d’années selon le conseiller technique en tourisme, M. Abdoulsalam Mahadi. ‘’Avant, c’était un endroit marécageux, où il y avait beaucoup d’animaux aquatiques. Tous ces ossements, ces squelettes représentent une grande richesse pour la recherche universitaire. On peut trouver des choses qui peuvent révolutionner le monde’’, a-t-il laissé entendre. ‘’Ce site touristique a une très grande importance dans la recherche scientifique, et  même peut-être dans l’histoire du monde’’, a affirmé un expert en tourisme, membre la délégation.

Le site de dinosaures de Kao offre également une belle vue en forme de pyramide. C’est pourquoi, a dit le président du conseil de ville de Tahoua, M. Abdouraouf Dodo, ‘’il y a lieu de se retourner vers l’Institut de Recherche en Sciences Humaines pour connaitre les vraies réalités de ce terrain’’, espérant qu’avec les autorités de la 7ème République, les recherches dans ce sens seront approfondies. ‘’Nous demandons à Mme la ministre de faire un plaidoyer, un lobbying pour qu’on construise un site touristique pour la sécurisation et la protection de cet espace important pour notre pays en général et la région en particulier’’.

Khaterinne Pradeau, qui fréquente les sites touristiques de notre pays depuis plusieurs années, souligne que le Niger est un pays qui renferme beaucoup de potentialités qui ne cherchent qu’à  être exploiter, au grand bénéfice des populations. Elle recommande donc que chacun s’investisse pour faire du tourisme un vrai moteur de croissance et de développement, car c’est un secteur qui draine beaucoup de curieux.

La deuxième étape de la visite a conduit la délégation ministérielle à Tabalak, à  50 km de Tahoua où se trouve une mare qui s’étend sur 15km de long. Le village doit son nom à cette mare, a dit le maire de la commune. Cette  mare est classée parmi les zones humides selon la convention de ‘’Ramsar’’. La mare de  Tabalak  est un lieu de villégiature où  l’on peut  venir se reposer le week end avec une possibilité  de baignade  et de parties de pêche. Autour d’elle, se pratiquent  plusieurs activités économiques dont les principales  sont l’agriculture, l’élevage et la pêche. L’artisanat et le commerce sont aussi des activités des populations de cette commune de Tabalak

Aissa Abdoulaye Alfary

Envoyée Spéciale

 


 

Lire égalament

Un cadre idéal de valorisation et de visibilité  des produits artisanaux

Dans la matinée du samedi 23 février, sur le lieu d’exposition du SAHOT, à  l’arène tout comme aux alentours, les ruelles grouillent de monde. Certains viennent pour acheter, d’autres pour satisfaire leur curiosité et savourer la beauté exceptionnelle du site. L’occasion était bonne pour la clientèle, les amoureux de l’art qui viennent se procurer des articles en guise de souvenir du SAHOT, souvent après de longs marchandages, tantôt sérieux, tantôt enjoués, sur les prix des produits. Devant certains étals, on assiste à un véritable crescendo de voix cherchant à se dominer les unes les autres, dans une ambiance bon enfant. La profusion des matières premières a créé une floraison d’activités artisanales. Les nombreux artisans produisent une variété d’objets d’art ; décoratifs ou utilitaires : bijoux, sacs, cartables, chaussures, pots d’argile, encensoirs, nattes, des articles à base d’os, de cuirs et de cornes, et les différenctes croix du Niger aux motifs chargés de symboles. Tous ces gadgets ne laissent pas les visiteurs indifférents. Et les artisans, pour attirer davantage la clientèle, n’hésitent pas à s’approprier de nouvelles techniques pour améliorer la qualité de leurs produits en créant des objets divers et innovants, afin d’augmenter ainsi les ventes. Plus qu’une simple occupation ou une activité de subsistance, ces braves hommes et femmes artisans ont trouvé en l’artisanat une activité  très en vogue, vu le regain d’intérêt qu’il suscite aussi bien au niveau des tenants de la profession que des consommateurs.

Il faut dire que les ressources naturelles et culturelles dont dispose le pays représentent un immense atout pour réaliser la vision des plus hautes autorités, notamment en matière de tourisme et d’artisanat. Grand pourvoyeur d’emplois au Niger, l’artisanat génère plus de 700 .000 emplois, avec presque 360.000 micros et petites entreprises dont presque 70% des propriétaires sont des femmes, selon le dernier Recensement General de la Population (RGPH). La région de Tahoua offre de nombreux atouts culturels et touristiques. Distante de quelque 550 km de Niamey, Tahoua se caractérise, au plan artisanal, par la prédominance de la vannerie, de la maroquinerie et du tissage, la couture des tenues touarègues, etc.

Selon M. Boubacar Adamou, chef d’antenne de la Chambre de Commerce de Tahoua, et président de la commission exposition dans le cadre du Salon International de l’Hôtellerie et du Tourisme (SAHOT), il y a au total 110 stands destinés à l’exposition. Si on y ajoute les stands réservés à la sécurité et à la santé, cela fait 150 stands. S’agissant des pays présents, il précise qu’il y a  le Mali, le Nigeria, et des particuliers du Togo, du Sénégal qui ne sont pas des délégations officielles. Les produits exposés les plus fréquents, en dehors des stands des hôteliers, sont ceux de l’artisanat et les produits de culture traditionnelle. Il y a aussi  des structures qui rentrent dans le cadre du tourisme et de l’hôtellerie,  qui n’exposent pas des produits, mais proposent des prestations de services.

M. Boubacar Adamou a indiqué que les artisans ont été priorisés au niveau des expositions, car  l’artisanat accompagne effectivement le domaine de l’hôtellerie. On peut d’ailleurs constater que les régions ont amené beaucoup plus des produits de l’artisanat,  et c’est seulement quelques rares régions qui ont exposé des produits, des brochures et ou des affiches des structures de l’hôtellerie.

En ce qui concerne la clientèle, le président de la commission exposition a soutenu qu’il y a de quoi se réjouir pour une première édition, car selon lui, le Niger n’a pas encore la culture du tourisme et de l’hôtellerie, mais qu’avec cette édition, les données vont désormais changer. Les visiteurs ont vu un peu ce qui constitue la culture nigérienne, ce qui favorisera désormais le tourisme. Pour ce qui de la prédominance des femmes dans le secteur artisanal, M. Aboubacar Adamou a affirmé que  Tahoua est la  région du Niger où il y a le plus de candidats à  l’exode, ce qui fait que les femmes sont obligées de travailler, de pratiquer l’artisanat, pour subvenir à leurs besoins et à  ceux de leurs familles. ‘’Quand les bras valides quittent, les femmes prennent la relève, ce sont elles qui s’assument, c’est ce qui explique ce regain d’intérêt au niveau des femmes’’, a-t-il dit, ajoutant que l’artisanat occupe bon nombre des populations de l’Ader, que c’est un métier reconnu très porteur pour l’économie nigérienne.

La région, a-t-il précisé, ‘’dispose d’un village artisanal au niveau de la commune ;  il y a aussi Tchintabaraden, très  renommé sur le plan du tissage, de la confection des nattes,  et qui dispose de beaucoup de réserves. A Madaoua aussi, l’artisanat est très diversifié, et est  pratiqué un peu partout. Tahoua constitue un point focal, un centre pour le Niger, aujourd’hui beaucoup de choses sont entrain d’être découvertes et appréciées, il a une Université de l’hôtellerie et du tourisme ;  il n’y a pas que SAHOT, il y aura dans l’avenir plein de choses, nous sommes confiants. Avec tous ces problèmes sécuritaires qui touchent nos pays voisins, on ne peut que remercier le bon Dieu. Le tourisme doit être relancé au Niger, car c’est un pays calme et stable sur tous les plans. Nous avons prouvé que les touristes peuvent venir au Niger sans être inquiétés, ils ne doivent plus être réticents. Le Nord du Niger se porte bien sur le plan sécuritaire, et le SAHOT vient de le démontrer. Nous invitons les Nigériens à  aimer leur culture, et à amener les gens à aimer notre patrimoine culturel’’. Avant de terminer, il précisé que ce salon est une occasion pour faire connaître et découvrir les immenses     richesses touristiques, culturelles et artisanales de notre pays et de la région de          Tahoua.

Aissa Abdoulaye Alfary

Envoyée Spéciale

 


Des atouts touristiques qui ne demandent qu’à  être exploités

 

Tahoua regorge d’énormes potentialités touristiques et artisanales, notamment les palais des éminents chefs traditionnels ; le tombeau des saints et résistants à la mission Voulet et Chanoine situé à Libatan Mallamèye; la mosquée de Yamma, la grotte de Kamado_puits chainé à Illéla ; le site  de Fodio à Madadoua (père de Ousmane Dan fodio), avec une lumière miraculeuse qui éclaire cet endroit tous les jeudis nuits ; la galerie des serpents pour lesquels un bélier est sacrifié chaque 7ème mois à Gogé ;  la galerie souterraine de Koumassa; la forêt de Karofane classée comme patrimoine national depuis 1955 à Bouza, ville à l’accès unique, perchée sur une colline et constituant une véritable attraction touristique ; cette forêt, qui abrite une faune importante, couvre une superficie de 4020 ha. On trouve également à Madaoua les collines de Taraouraou et de Madetta  aux deux dattiers historiques et qui constituent un lieu de pèlerinage pour les communautés peulhes de Bouza. A Tchintabaraden, il y le désert de sable, la vallée de l’Azawak, les sites des dinausores et de nombreux autres circuits touristiques.

Concernant les structures d’accueil, la région de Tahoua dispose de onze hôtels de relais et d’un motel. Selon les statistiques de la direction régionale du Tourisme et de l’Artisanat, la contribution du secteur touristique dans l’économie de la région se résume pour sa grande partie à l’hôtellerie. C’est ainsi que les  chiffres d’affaires du secteur touristique étaient  estimés à 38 millions 140 mille 800 FCFA,   55 millions 368 mille 600 FCFA et 117 millions 799 mille 818 FCFA, respectivement en 2006, 2007 et 2008.

Aissa Abdoulaye Alfary

envoyée Spéciale

22 mars 2013
publié le 22 mars 2013
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le dimanche, 24 mars 2013 16:13

Assemblée nationale du Niger

Assemblee Niger

 

 

 

Le Site de l' Assemblée Nationale du Niger

Onep

Forum Diaspora 1

Nigerien de la semaine

Nigerien-de-la-semaine_3 M. Oumarou Kané Abou  Mme Yacouba Ramatou Salifou (Inna Karanta) Dr Mamane Nassirou Garba Mme Zouera Youssoufou Mlle Biba Nainou Dogo