Célébration de la Journée Mondiale de l’Environnement au Niger : Des actions concrètes contre la pollution plastique

Le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, en partenariat avec ECOBANK- Niger a organisé le 5 juin dernier, à la ceinture verte de Niamey, une séance de plantation d’arbres dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale de l’Environnement. Le lancement de ces activités a été présidé par le Ministre Almoustapha Garba, en présence de son homologue en charge de la Renaissance Culturelle, M Assoumana Mallam Issa, du Directeur général de ECOBANK-Niger, du Gouverneur de la région de Niamey et plusieurs responsables de la protection de l’environnement.

Instituée depuis 1972 et lancée en 1974, la Journée Mondiale de l’Environnement représente une plateforme de sensibilisation du public autour des défis environnementaux. Ainsi cette année, le thème retenu est « la lutte contre la pollution plastique ». Selon le ministre de l’Environnement, de la Salubrité urbaine et du Développement durable, le lancement de cette opération aura dans un avenir proche et à long terme, le mérite de conditionner un cadre de vie sain. A cette occasion, avec le concours salutaire de l’Ecobank-Niger une action de reboisement consistant à planter 450 arbres dans la zone de la ceinture verte de Niamey, a été initiée. Pour rappel, les premières plantations d’arbres dans cette zone ont été entreprises dans le milieu des années 60 par les autorités publiques avec pour objectif de protéger Niamey des risques liées aux intempéries et d’améliorer le cadre de vie des populations.

La protection de l’environnement est certes garantie par l’Etat, comme prévu dans la constitution mais, sa responsabilité est à l’image de son profit, autrement «elle est une affaire de tous ». C’est pour cette raison que le Groupe Ecobank s’est dit fier de soutenir la Journée Mondiale de l’Environnement en plantant des arbres ici à Niamey et aussi dans 32 autres pays en Afrique. La participation d’Ecobank Niger à cette journée au côté du Gouvernement du Niger, du Programme des Nations Unies pour l’Environnement et du Programme des Nations Unies pour le Développement est la traduction de son adhésion à plusieurs conventions internationales pour la gouvernance environnementale et sociale. C’est en plus, l’illustration d’un ancrage local et d’une contribution à l’amélioration du cadre de vie des communautés au sein desquelles le groupe opère.

Par ailleurs, l’efficacité voire l’effectivité des actions d’aspect écologique contenues dans les différents programmes du développement durable, notamment La Renaissance II et les ODD 2030, repose sur l’implication de tous les acteurs sociopolitiques et économiques. En ce sens, le ministre Almoustapha Garba a interpelé les entreprises publiques et privées, les organisations de la société civile et les citoyens à prouver ensemble davantage «notre souci, notre abnégation pour un environnement sain au profit des générations actuelles et futures ». Aussi, le ministre de l’Environnement a dans le cadre de la vision « Zéro pollution plastique, d’ici 5ans », indiqué que le gouvernement a d’ores et déjà envisagé des mesures et des alternatives afin de réduire de toute urgence la production et l'utilisation excessive de déchets plastiques qui représentent une menace pour la société. Pour sa part, le Gouverneur de la région de Niamey a surtout relaté les impacts désastreux des déchets plastiques dans les villes. Il a expliqué que ces déchets plastiques étouffent les caniveaux et rendent impropre le cadre de vie et engendrent des inondations et des maladies. D’où l’urgence de bannir les produits en plastique polluant.

Toujours dans le cadre de cette journée le ministre en charge de l’Environnement et de la Salubrité urbaine, accompagné par le gouverneur de la région de Niamey ont visité l’Unité de Valorisation des Déchets de la société Niger lait S.A. A cette occasion, la PDG de Niger lait SA, Madame Kado Zeinabou Maidah et ses employés ont réservé un accueil chaleureux à la délégation. Le responsable de l’Unité de Valorisation des Déchets a présenté et expliqué la chaine de traitement des déchets jusqu’à leur transformation. Ainsi, à l’entrée de cette unité se trouve un stand de réception, où chaque semaine environ 8 tonnes de déchets plastiques, sont reçues au prix de 50fcfa/kg et 75fcfa/kg (selon l’état de qualité). Les plastiques usés subissent ensuite, les étapes de nettoyage et compression, avant d’être broyés (plastiques solides) ou moulés avec du sables (les pastiques légers). Enfin les pastiques moulés avec du sable sont transformés en d’autres produits utilisables à long terme comme les pavés, les dalles à défécation, les couvercles de dalle, les chevrons, etc.

Au sortir de cette visite, le Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, Monsieur Almoustapha Garba s’est dit satisfait et impressionné de l’action concrète posée par Niger Lait, à travers cette unité. « Au-delà de la contribution dans le cadre de la lutte contre la pollution plastique, cette initiative est aussi un apport considérable en terme de création d’emploi », a mentionné le ministre. « Rien ne se perd, tout se transforme », a-t-il conclu. D’après la PDG de Niger lait SA, sa société utilise depuis 2002 des sachets plastiques biodégradables et oxo-dégradables à partir 2013.

Selon Mme Seriba Fati, fondatrice de CEP Bagazame, marraine de longue date de la journée, « toutes les couches de la société doivent se mobiliser autour des questions environnementales, afin d’atteindre l’objectif Zéro déchet plastique d’ici cinq ans comme le souhaite le gouvernement nigérien ». Enfin, elle encourage tous les acteurs, en particulier la population, à planter continuellement des arbres car « planter des arbres aujourd’hui c’est protéger le monde de demain », a conclu Mme Seriba Fati.

Mahamane Chékaré Ismaël et Dalhatou Sahabi Aminou (Stagiaires)

07 juin 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer