Scandale environnemental : Le ministère de l’Environnement ‘’délocalise’’ les girafes de Kouré

Giraf Niger Les seules espèces et dernier troupeau de l’Afrique de l’Ouest, les girafes de Kouré seraient, selon des sources proches du Ministère de l’Environnement, en train d’être transférées vers la zone de Dakoro. Aux dires de nos sources, cette délocalisation des girafes serait décidée par les autorités du pays. Un drame écologique décidé par le régime pour assouvir les désidératas de certains princes. Les girafes ont survécu grâce aux efforts d’une association et de la population locale. En 2012, on comptait 366, et en 2013 leur nombre s’élevait à 413.
Mais aujourd’hui, avec les trous du«chemindefer»de Issoufou Mahamadou, elles seraient moins nombreuses. Les habitants de Kouré appellent ces girafes « le porte bonheur
» grâce aux efforts déployés par une structure qui emploie des guides chargés d’accompagner les touristes. Une activité qui génère des ressources considérables pour le développement de la localité. Ce portebonheur des populations de Kouré serait donc en train d’être transféré dans une autre localité du pays.


Une décision qui ne prend certainement pas en compte les réalités environnementales. Car les girafes survivent en se nourrissant principalement d’acacia albida et d’hyphaene thebaica. D’ailleurs, pour contribuer au suivi écologique de la girafe et de son environnement dans la zone de Kouré, la société nigérienne Drone Africa Service a testé le système de drones civils avec l’appui de la coopération allemande. Malgré tous ces efforts consentis par des bonnes volontés pour la conservation de ces espèces rares d’Afrique de l’Ouest, les autorités nigériennes semblent décider de délocaliser ces girafes pour d’autres horizons. Nul ne sait aujourd’hui les contours de cette décision qui s’apparente à une stratégie pour d’autres fins. Une décision gravissime qui va provoquer un drame écologique certain. Du reste, c’est un scandale environnemental jamais vécu.

Girafe Niger 2012A.S
18 novembre 2018
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Environnement